Les Essais de Patrice • Peugeot

La Peugeot 305 de mon père

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Laurent s'était fait deux promesses. Celle de restaurer et rouler au volant de la Peugeot 305 paternelle puis d'écrire un livre sur cette voiture. Promesses tenues !

Mercredi 8 juin 2022


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

En juillet 1979, le père de Laurent acheta cette Peugeot 305 GL 1,3 l qu'il conserva jusqu'en 1999 avant de la stocker. Laurent a grandi avec depuis sa prime enfance jusqu'à son adolescence.   Née fin 1977, succédant à la 304, la 305 était une familiale du milieu de gamme du constructeur sochalien. La 305 fut fabriquée jusqu'en 1990 à près de 1 650 000 exemplaires en berline et breaks et plusieurs motorisations notamment diesel. Elle séduisit la fidèle clientèle Peugeot par l'élégance de sa silhouette et la qualité indiscutable de sa fabrication.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Longue de 4,26 m, la 305 offrait une jolie silhouette élancée et lumineuse

Les grilles latérales sont les vestiges d'une ancienne adaptation GPL

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Restauration complète

"Mon père avait stocké cette voiture avec laquelle il avait parcouru environ 150 000 km après avoir changé le moteur autour de 100 000 km.   Lors de son arrêt, je l'ai entretenue en la faisant tourner régulièrement. C'est en 2019 que j'ai pu la récupérer et pensé à la faire restaurer bien que ce soit une modeste 305 GL par mon ami Wilfried Lavaud qui a fait un travail formidable. La corrosion perforante était apparue sur la carrosserie : changer une porte et la jupe arrière, les freins, les pneus, refaire l'intérieur et le tissus des sièges, la nettoyer de fond en comble, la faire repeindre, chercher un autoradio d'origine. Je désirais aussi l'équiper d'un store vénitien de lunette arrière qui avait disparu de marque Gradulux.  J'ai été étonné d'apprendre que ce fabriquant existe toujours et il m'a vendu le même que celui que mon père avait installé 20 ans plus tôt. Elle a été achevée en 2021 et comme j'aime les symboles, je voulais qu'elle illustre la couverture du livre sur la 305 qui est sorti en avril 2022 chez l'éditeur ETAI" explique son propriétaire.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Planche de bord très sobre signée Paul Bracq aux matériaux de grande qualité

Issu de la 204, le bloc XL5 monté transversalement de la version 1300 délivrait 65 ch contre 79 pour le 1500

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Passionné

Ah, je ne vous ai pas encore précisé que Laurent est journaliste au magazine Youngtimers et qu'il a un sacré bon niveau en automobile assorti d'une joli plume. Il travaille beaucoup ses sujets. En lisant son livre sur la Peugeot 305, j'ai appris beaucoup de choses sur ce modèle notamment qu'il avait été presque entièrement dessinée par l'équipe de Gérard Welter chez Peugeot contrairement à la légende.

Nous sommes partis en balade avec. Un sacré retour en arrière pour moi puisque mon dernier essai de la 305 remonte à septembre 1982 avec la nouvelle phase 2 reconnaissable à sa calandre plongeante améliorant son aérodynamique.  Bien restaurée, sa 305 semble neuve. Elle m'a surtout étonné par le confort de sa suspension bien supérieur à celui de nos voitures modernes mais dû également  au moelleux de ses sièges.  " Sa suspension est remarquable. Comparée à sa concurrente que j'ai essayée, la Citroën GS qui avait une suspension pneumatique, la 305 est aussi confortable " souligne Laurent.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Les sièges mi-skaï mi-tissu très confortables ont été refaits

Laurent a recherché le fameux " Gradulux " qui l'équipait lorsqu'il était enfant

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305
Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

La 305 avait succombé à la mode des feux striés anti-poussière inventés par Mercedes en 1971

Poignées de porte affleurantes sécurité qu'on retrouvera montées à l'envers sur la 505

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Sa monture est encore propulsée par le bloc XL5 équipé d'une boîte de vitesses à seulement 4 rapports montés courts. Ils donnent l'impression à 80 km/h qu'on roule à 140 km/h à cause du régime déjà élevé de la mécanique ! Ce moteur tout en alu comme celui de la 204, 304 et autre 104 émettait un sifflement particulier pas désagréable aux oreilles dû au pignon supplémentaire de la boîte de vitesses intégrée au moteur appelée la fameuse triplette.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

La phase 2 reconnaissable à sa calandre inversée tombante accueillera des mécaniques bien plus puissantes. 105 ch sur cette GTX !

Pour Laurent, cette 305 a les réminiscences de son enfance

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

"C'est ma madeleine"

"Les premières versions comme la mienne étaient sous-dimensionnées en pneumatique. Des 145X 14, de véritables roues de bicyclettes ! Sur la phase 2 sur la GTX à moteur 1,9 l de 105 ch, Peugeot a monté jusqu'à des 185. Elle tient aussi mieux la route à cause de ses pneumatiques plus larges et son train avant triangulé ce qui n'est pas le cas de la mienne. Il avait été simplifié pour un problème de prix de revient. La boîte 5 vitesses généralisée sur la phase 2  a permis de réduire le volume sonore à l'intérieur" relate Laurent.

Son 1290 cm3 issu de la 304 livrait 65 ch sur cette version contre 79 pour la version 1500 qui coiffait la gamme jusqu'en 1982. Il permettait à cette jolie familiale de pointer le lion de sa calandre à 152 km/h en consommant autour de 7 à 9 litres aux 100.  Ce fut la première Peugeot à inaugurer le chiffre 5 suivie l'année suivante par la 505.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Journaliste au magazine Youngtimers, il vient de sortir un livre très sympa sur la Peugeot 305

Instrumentation minimaliste sur la GL

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

On put reprocher à cette première mouture d'être trop proche de la 304 dont elle reprit la mécanique. Stagnation technologique que gomma la seconde bien rajeunie et apparue fin 1982 animée par une nouvelle génération de moteurs XU.  Malgré ses qualités, commercialement elle fut toujours distancée par  sa concurrente la Renault 18 proposant un plus large choix de mécanique. " La phase 1 comme la mienne était trop proche des années 70 tandis que la phase 2 était plus proche de l'esprit des années 80. C'était presque une nouvelle voiture " raconte son conducteur.

Évidemment pas question de vendre cette 305 partageant sa vie depuis plus de quatre décennies, qui a l'odeur et les souvenirs de son enfance. " C'est ma madeleine de Proust" avoue Laurent plus apte à acheter qu'à vendre. Madeleine qu'il partage avec un coupé 406 V6, une CX Turbo et une Citroën C6. Quand on aime, on ne compte pas.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 305
Les Essais de Patrice Peugeot 305

Trop sous-dimensionnée en pneumatiques de 145 X14

L’avis des Petits Observateurs

3 commentaires au sujet de « La Peugeot 305 de mon père »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

J'ai eu ce modèle en break. Une merveille de douceur. Le confort français n'était pas un vain mot en ce temps là. La mienne avait la particularité d'avoir une couleur bleue très proche de celle de la gendarmerie. Grâce à ce détail, j'ai découvert des priorités à droite soudain respectées par les autres conducteurs😁

Mardi 7 juin 2022 à 18h52

Signaler ce message

Au début des années 2010, j’en avais aperçu une semblable à celle-ci dans la cour d’un château au fin fond du Gers. Celle du fermier ? Non ! Celle du châtelain qui l’avait précieusement conservée. « Increvable » avait il résumé.

Mardi 7 juin 2022 à 19h31

Signaler ce message

Une bien jolie petite berline comme on les faisait dans ces années là. Je pense aussi à la Renault 9, un peu dans le même esprit.
Quand on voit ce dessin de carrosserie, on se dit que le design actuel est bien lourd...
PS : Et pour changer le filtre à huile (le truc bleu sous le capot), c'était quand même plus facile !

Mercredi 8 juin 2022 à 17h09

Signaler ce message