Les Essais de Patrice • Peugeot

Peugeot 604 TI : les odeurs de mon enfance !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Destinée à concurrencer les BMW et Mercedes, la 604 Peugeot n'a pas eu la chance de naître dans une période favorable malmenée par deux chocs pétrolier.

Voir aussi : vidéo Peugeot 604

Les émissions POA sont désormais disponibles en podcast !

Mardi 1 mars 2022


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

"Enfant, j'ai beaucoup roulé dans le 604 SL d'occasion mon père et dans la TI achetée neuve par mon oncle" avoue Didier qui, depuis près de vingt ans, a retrouvé les odeurs et les souvenirs d'un père trop tôt disparu à travers une dizaine de 604.  Certaines lui ont même été données car à une époque cette berline gourmande ne valait pas grand chose. Il n'a jamais possédé d'autres voitures de collection. Pour lui, il y a la 604 et rien d'autre !

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

La 604 était une imposante berline de 4,72 m de long à la silhouette massive aux angles vifs

Sa poupe massive était éclairée par d'imposants feux rouges. Notez la double sortie du pot d'échappement au dessin caractéristique des SL et TI

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Produite de fin 1975 à 1985

Malgré ses 45 ans et 120 000 km, sa 604 TI sortie fin 1978 semble quasi-neuve dans sa livrée bleu glacier. Par ses deux sorties d'échappement, le  V6 PRV émet un puissant son riche et feutré très caractéristique. Sa TI est équipé d'options comme les fameuses jantes TRX en alliage, le toit ouvrant électrique, essuie-glace de phares, etc. Un chèque de plus en plus de 65 000 francs fin 1978 (plus de 50 000€)   qui explique que la 604 n'ait pas été la voiture de tout le monde puisque seulement153 000 furent produites en 10 ans.

Il est vrai que cette grosse Peugeot qualifiée de "Mercedes française " n'a pas eu de veine. Elle est née fin 1975 en pleine crise de l'énergie, période pas idéale pour lancer une grosse voiture motorisée par un V6 de 2,6 de 136 ch et 15 CV fiscaux. Un moteur vite réputé pour être plutôt glouton, avalant une bonne douzaine de litres  aux 100. Rebelote en 1979, avec un nouveau choc pétrolier qui vit exploser  le prix du litre de super multiplié par trois entre 1972 et 1980.

C'est l'inédite version 4 cylindres 2,3 l turbo diesel qui permit à la 604 de perdurer jusqu'en 1985.  Au cours de sa vie, Peugeot tenta de l'améliorer fin 1977 avec la version TI comme celle de Didier. Son V6 grimpait à 144 ch grâce une injection Bosch tandis qu'une boîte de vitesses désormais à 5 rapports permettait d'abaisser sa consommation  d'un à deux litres aux 100.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Malgré sa direction assistée de série, la 604 faisait appel à un grand volant dont le dessin manquait un peu de recherche. Sur la contre-porte le réglage du rétroviseur

Le V6 de 2,6 l alimenté par une injection Bosch annonçait 144 ch contre 136 pour la première version à deux originaux et gourmands carburateurs (ville et route)

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

La TI comptait 5 rapports ou une automatique GM à 3 rapports en option. La radio est d'époque

Ce type de balayage était inspiré de celui des Mercedes. Hélas il fonctionnait mal en ramenant l'eau du second sur le premier !

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Réhabilitation du PRV

Outre sa consommation élevée, le V6 PRV (Peugeot Renault Volvo) désillusionna aussi par son fonctionnement peu soyeux et sa sonorité manquant de velouté comparée à celle d'une BMW par exemple. C'était le fait de son calage particulier à 90 degrés contre 60 généralement pour un V6 car il avait été étudié de concert avec un V8 qui ne sortit pas. Pourtant ce moteur produit plus de 15 ans dans plusieurs cylindrées s'étageant de 2,4 à 3 litres ne manquait pas de vertus. Il était léger car tout en aluminium, étonnamment compact et hyper-robuste. Il propulsa une kyrielle de modèles de la 604 et 504 coupé, sa cousine la Renault 30 et 25 et Laguna, la 505 V6 et 605 et Talbot Tagora SX, Lancia Thema évidemment Volvo 260 et sportives comme l'Alpine A310 et GT Turbo, la Venturi et la même la DeLorean. Sa robustesse lui permit d'encaisser jusqu'à 260 ch en turbo avec un record atteint par la WM Peugeot de compétition qui délivra près de 900 ch dans sa version des records où elle fut chronométrée à 417 km/h en essais privés !

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Sièges très moelleux et trop bas recouverts d'un beau tissu gris. Le cuir était optionnel

Contre 800 francs de 1978, la 604 pouvait recevoir des essuie-glaces de phare

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Première main

"Je l'ai achetée fin 2019, c'était une première main dans un état exceptionnel dont le propriétaire venait de décéder. Elle avait toujours couché dans un garage et n'avait absolument aucune corrosion ce qui est rare. Je l'ai seulement soigneusement révisée. A son volant, je retrouve les bruits si particuliers et les odeurs de mon enfance notamment celle des tissus et de l'essence. Une 604 sent l'essence.  C'est grâce à elle que j'ai appris la mécanique car les garagistes ne veulent plus les réparer. On ne trouve plus beaucoup de pièces aussi j'ai acheté une autre TI pour cela. A l'époque, les 604 ne valaient pas grand chose ou se donnaient ce qui m'est arrivé mais n'est plus le cas aujourd'hui où elles commencent à être recherchée. Un conseil si on roule peu, une SL à carburateurs est conseillée car l'injection de la TI n'aime pas l'immobilisation. La mieux c'est la GTI à moteur 2,8 l de 155 ch que j'ai également eue" explique Didier.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

La 604 de Didier est chaussée en TRX millimétriques sur jantes alliage (tôle de série). Les TRX remis en fabrication par Michelin coûtent une petite fortune (près de 300 euros pièce !)

La 604 a reçu une foultitude de sigles, de la SL en passant par la TI, GTI SRD, GRD, D Turbo selon sa finition et sa motorisation

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Didier roule en 604 depuis son enfance et ce n'est pas fini !

Sylvie Vartan pose devant la 604 sur cet Auto Journal de fin 1975

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

Voiture élyséenne

On reprocha à la 604 de manquer d'ambitions face à une Mercedes ou BMW auxquelles elle s'attaquait. Elle avait été réalisée à l'économie, contexte oblige, en reprenant les excellents dessous à 4 roues indépendantes de la 504 qu'elle offrit à la 505 et aussi la Tagora. En revanche, contrairement à une fausse légende, elle n'avait aucune tôlerie en commun avec cette dernière.

Elle tenait fort bien la route pour une propulsion, se montrait confortable et fort habitacle. Elle manquait un peu de performances (180 km/h) comparée aux allemandes, souffrait d'une finition de trop grande série et d'une mécanique jugée manquer de noblesse. Il est vrai qu'elle fut largement concurrencée par sa cousine la Renault 30 animée par la même mécanique à la silhouette deux volumes à hayon. En accord avec Renault, la 604 était ciblée d'avantage haut de gamme avec un prix supérieur de 10 %.

Sa silhouette statuaire signée Pininfarina lui permit d'être la voiture que Giscard d'Estaing choisit pour l'Élysée et dans sa version limousine allongée réalisée par Heuliez, elle devint celle des PDG et des ambassades. Justement une rare limousine (124 exemplaires) cédée par le sympathique et dynamique club 604 International qui compte tous les passionnés de cette voiture trop sous estimée, l'attend au fond du jardin pour être restaurée. Didier n'est pas prêt d'arrêter de rouler en 604.

L'histoire de la 604 est racontée dans ce livre sorti en 2021 qui vient d'être réédité

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI
Les Essais de Patrice Peugeot 604 TI

L’avis des Petits Observateurs

9 commentaires au sujet de « Peugeot 604 TI : les odeurs de mon enfance ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

A cette époque, du haut de mes 11-12 ans, je devais voir ces
voitures au journal du soir lors des reportages politiques, une
fois seul à la maison, je prenais l'assise du tabouret "tamtam"
comme volant pour m'installer sur la table du salon. J'étais
chauffeur, je reproduisais le bruit du V6 sans doute entendu
dans la rue, ce qui me donnait une soif terrible! Je roulais assez
peu, passant mon temps à monter et descendre pour ouvrir
la porte arriere.......mon coté serviable sans doute!

Mardi 1 mars 2022 à 15h39

Signaler ce message

Malgré tous ses défauts, j'ai toujours regardé la 604 comme une voiture prestigieuse. C'est vrai qu'en s'en approchant, en manœuvrant le levier 4 vitesses😮(les premières années) en retrouvant à bord l'ensemble des commodos et autres interrupteurs de grandes série que l'on trouvait sur tous les modèles de la gamme, c'était du prestige à pas cher même si l'auto n'était pas donnée. Mais, dans la cour de l'Elysée, ça le faisait quand même.
Après, pour arriver à en vendre, ils ont collé un mazout claquant et cette motorisation peu noble a remplacé le ronron claudicant du PRV première mouture.
C'est pas grave, je l'aime bien cette mal aimée, même si je n'ai jamais franchi le pas.
Peut être parce que j'en suis resté à distance.

Mardi 1 mars 2022 à 18h13

Signaler ce message

En réponse à Chapman L

Ce fut incontestablement une très bonne voiture qui aurait pu devenir excellente si ses concepteurs et surtout la Direction de PSA y avaient cru. Mais comme toujours, la malédiction du haut de gamme en France a résulté du peu d'enthousiasme et du peu de persévérance des constructeurs hexagonaux . Bien aidés par l'autophobie féroce des pouvoirs publics.

Mardi 1 mars 2022 à 18h44

Signaler ce message

En réponse à Phil V

Malédiction?.......je sais pas.....à une époque, le style des voitures correspondait sans
doute au pays d'origine, autos populaires chez les français, "indestructibles" chez les
allemand, démonstratives chez les italiens, cossues en Angleterre etc.......
Chacun sa spécialité, le probleme, c'est quand tout le monde veut tout faire et
c'est un peu le cas aujourd'hui.

Mardi 1 mars 2022 à 19h13

Signaler ce message

J'ai le droit ? Non en fait .... oh et puis si !
La 604 a mieux vieilli que Sylvie Vatan 😂 !
Belle occasion, mais enlevez moi un doute, il existait des 604 sans vitres électriques avant ?
Sinon pourquoi un cache dans la garniture montrant l'emplacement de la manivelle ?
C'est à ça qu'on reconnaît le haut de gamme et la copie.

Mercredi 2 mars 2022 à 07h56

Signaler ce message

En réponse à Thierry C

Pour le cache, économie de fabrication de garniture......
un seul modèle à produire, prevoyance...... "au cas ou", voir
une manoeuvre marketing......."plus de manivelle, c'est
électrique et on veut le montrer!"
Mais c'est vrai qu'une W116 n'avait pas de cache!



Mercredi 2 mars 2022 à 15h42

Signaler ce message

Vous avez vraiment très mauvais esprit ! la 604 n'a jamais eu des vitres manuelles à l'avant. Ce cache est prévu en cas de panne de ces dernières, pour les manœuvrer manuellement à partir d'une clé fournie par Peugeot dans les outils. Pas mal hein ?

Mercredi 2 mars 2022 à 17h00

Signaler ce message

Dans les années 80 un ami en possédait une je me souviens, pilote dans une écurie de Mâcon il rudoyait la bête et en disait que du bien, en effet.
Le design de cette Peugeot était un poil brutal, dommage.
Le père d'un très bon copain 'collectionnait' les bmw et notre préférence à tous fut évidente et sans appel.

Jeudi 3 mars 2022 à 13h42

Signaler ce message