Les Essais de Patrice • Peugeot

Peugeot 404 Coupé : Haute Couture !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Peugeot a longtemps proposé des versions coupés et cabriolets dérivés de ses berlines. Le coupé 404 produit de fin 1962 à fin 1968 est considéré comme l'un des plus réussis 

Mardi 2 novembre 2021


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

Dévoilé au salon de Paris 1961, le cabriolet 404 dérivé de la berline fut considéré comme la plus belle voiture du Grand Palais. Signé et fabriqué en Italie par Pininfarina, ce cabriolet ne manquait pas de classe ni d'élégance. Ne reprenant aucun des emboutis de la berline, il se particularisait par sa silhouette plus élancée. On lui reprocha néanmoins une certaine similitude de forme avec le cabriolet Fiat 1500 et un prix très élevé imposé par sa construction complexe. En effet, les soubassements de la 404 provenant de chez Peugeot étaient envoyés chez Pininfarina qui les rigidifiait et soudait sa carrosserie spécifique puis habillait son habitacle avant de les renvoyer à Sochaux où toute la partie mécanique issue de la 404 était enfin montée ! 

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Le coupé 404 dérivé du cabriolet n'empruntait aucun des éléments de tôlerie de la berline dont il était dérivé

Légèrement plus long que la berline, il adoptait une silhouette plus fluide aux feux rouges inclinés

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Modèle 1967


Un an plus tard, ce cabriolet fut proposé en coupé à la silhouette particulièrement élégante.  Il se particularisait par un pare-brise au dessin légèrement différent et une lunette arrière en léger retrait par rapport au subtil dessin de la custode soulignée par la gouttière chromée parallèle à l'angle du pavillon. Pour beaucoup, ce coupé offrant deux petites places à l'arrière évoqua une Ferrari 250 GTE dans sa ligne générale.


Jean-Marc possède un coupé sorti début 1967.  Cette année là, le coupé-cabriolet avait bénéficié d'une face avant revue intégrant des phares longue-portée inscrits dans la calandre, des clignotants plus massifs et un pare-choc surélevé imposé par une jupe avant percée de prises d'air. Phares rectangulaires qu'on retrouvera en double sur le prochain coupé-cabriolet 504 et qui avaient déjà équipé les CD Panhard et les grues Poclain.
 

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Le millésime 1967 avait adopté les trois cadrans de la berline. La finition était plus soignée.

Remarquez la superbe platine chromée de la commande de l'inclinaison du dossier sièges recouverts de velours.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Seulement 1638 produits
 

La planche de bord originale signée du maître italien avait reçu l'instrumentation comptant trois cadrans de la berline 404 1967.  Son 4 cylindres de 1618 cm3 alimenté par un carburateur avait été poussé à 80 ch SAE cette année là, contre 76 précédemment. Il faut savoir que la majorité des coupés furent vendus en injection plus puissante (96 ch 168 km/h) davantage en adéquation avec l'esprit de cette voiture. En effet, sur 6837 coupés produits jusqu'à début 1969, on en compte seulement 1638 en carburateur sur un total de 17 223 si on ajoute les cabriolets à injection. En 1967, le coupé 404 était déjà en fin de carrière et seulement 1358 sortirent des chaînes de chez Pininfarina.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Couché à 45 degrés, on retrouve le 1618 cm3 de la 404. Dans cette version à carburateur, il délivre 80 ch SAE (environ 72 ch DIN).

Superbe flanc à rehaut souligné d'une baguette chromée. De la sculpture automobile !

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

"J'adore les coupés Pininfarina"

"J'adore les coupé Pininfarina " avoue Jean-Marc. Heureux passionné qui possède également une 504 coupé 2 litres 1973 et une des premières berlines 504 1800 de 1969. " J'aime leur ligne élégante et racée. J'ai acheté ce coupé 404 en 2014 qui n'affichait que 95 000 km et n'était absolument par rouillé. Sa carrosserie avait seulement reçu un voile de peinture. J'ai simplement refait la sellerie en velours. Le moteur qui a 102 000 km est d'origine tourne comme une horloge. J'ai aussi changé le radiateur et remplacé le classique Hydrovac source à ennuis. Je roule peu avec car je le partage avec le coupé 504".
 Nous prenons place à bord pour aller chercher un coin photo. SA 404 coupé réputée pour rouiller semble sortir de chez le concessionnaire tant les chromes et la peinture grise métallisée brillent sous les rayons du soleil. Aucun gris-gris dans habitacle ni dans les suspensions qui avalent en douceur les trous de la route. Le coupé 404, loin d'être une sportive fait dans la douceur.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

La lunette arrière est en retrait du pavillon de 3 cm formant une visière.

Le coupé 404 était chaussé de roues de 15 pouces qui cachaient encore des freins à tambours assistés depuis 1965.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Le modèle 1967 avait vu sa face avant légèrement modifiée par l'ajout de phares qu'on retrouvera sur la 504.

Confort d'abord

On remarque que les aérateurs de la berline ont disparu comme le couvercle de boîte à gants coulissante cachée sous la planche de bord.  Les sièges moelleux fixés plus bas que sur la berline, se signalent par leur dessin spécifique au dossier arrondi. La finition est assez  soignée  avec des panneaux en  métal poli protégeant les bas de porte. Certains accessoires de son habitacle étaient empruntés aux Lancia montées également sur les chaînes du même carrossier. 


Le millésime 1967 a conservé la boîte de vitesses C3 à grille inversée avec la première en bas qui accroche parfois.  C'est seulement en 1968 que la 404 adopta la grille européenne. Se faisant complètement oublier par son silence, ce moteur au fonctionnement velouté montre une souplesse surprenante comparée à nos productions actuelles acceptant de repartir en 3ème.   Le cabriolet comme le coupé se démarquait aussi par une planche de bord spécifique où était gravé le nom du carrossier italien. 

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Le bouchon du réservoir d'essence se cachait derrière la plaque d'immatriculation des Peugeot 404.

Non seulement Pininfarina avait assuré le dessin de cette voiture mais aussi sa construction comme celle de la 504 puis 406.

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Tout me plait dans cette voiture !

Jean-Marc avoue avoir beaucoup de bonheur à conduire cette voiture. En effet, les 404 offres une conduite très plaisante par son confort de suspension et la souplesse de sa mécanique. Sa grande robustesse lui permet encore d'envisager de longs voyages dans des conditions de confort réelles ce qui n'est pas le cas de toutes les voitures âgées de bientôt 60 ans. 
A la question, préfères-tu le coupé 504 ou la 404 ? Jean-Marc hésite longuement et laisse tomber " J'aime les deux. C'est pour cette raison que je les ai achetés mais j'avoue que je préfère quand même la 404 pour son dessin original et élégant".  Sa cote moyenne varie de 15 000 à 30 000 euros selon leur état et le degré de restauration. La sienne se situe dans la valeur haute. Elle les vaut !

Illustration - Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé
Les Essais de Patrice Peugeot 404 Coupé

Jean-Marc est un homme heureux, autant amoureux de son coupé Peugeot 404 que sa 504.

L’avis des Petits Observateurs

9 commentaires au sujet de « Peugeot 404 Coupé : Haute Couture ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Merci Patrice de nous rappeler que Peugeot présenta, associé au grand designer Pininfarina, les autos parmi les plus élégantes de la production française de l'époque.
Un peu moins vue que la 504 coupé/cabriolet qui suivit, cette 404 est d'une classe folle. Le moteur frise la perfection par sa discrétion et sa bonne volonté au long cours..

Mardi 2 novembre 2021 à 18h16

Signaler ce message

il y a incontestablement de cette Fiat 1500 cabriolet croisée avec la Ferrari 250 GTE dans cette auto, mais ni 'une ni l'autre n'ont ce petit ressaut de la ligne de caisse au niveau de l'aile arrière.
Comme je vous envie Jean-Marc ! 😉

Mardi 2 novembre 2021 à 18h34

Signaler ce message

Très désirable ce beau coupé aux lignes élégantes et discrètes, avec la fiabilité légendaire des mécaniques Sochaliennes...et de la faiblesse des carrosseries italiennes en terme de corrosion.
Avec un prix deux fois supérieur à la berline, il était destiné à une clientèle bourgeoise et aisée.

Mardi 2 novembre 2021 à 21h14

Signaler ce message

Ah les coupés et cabriolets Peugeot de Pininfarina... c'est du style, de l'élégance, de la classe. Comparés à des coupés et cabriolets contemporains, ils sont sans concurrence. J'aime beaucoup leur 4 places, tournant le dos à des automobiles trop élitistes ou exclusifs. Ils donnent du plaisir au conducteur et tout autant aux passagers ! Un antidote au style SUV, SUV coupé ou cabriolets lourd et finalement prétentieux.

Mercredi 3 novembre 2021 à 20h39

Signaler ce message

Merci Patrice, je suis aux anges.

Je ne pouvais pas ne pas poster pour la plus belle voiture du monde, ou presque :)
J'avais un modèle de mai 68 (mise en circulation le 13 mai, la veille de mon troisième anniversaire), avec la grille européenne donc, mais toujours le levier au volant, quelle douceur.

La souplesse n'est pas une légende, j'ai du rentrer du boulot an n'ayant plus que la 3e et le4e à cause d'une fourchette cassée, j'ai eu du mal à m'en rendre compte tellement la voiture reprenait bien, 40km dans la circulation et les feux sans souci.

J'adorais passer ma main le long de la carrosserie avec ce décroché sensuel derrière la portière lorsqu'elle était dans le garage ... à prendre la poussière ...
Ma femme n'a jamais apprécié cette belle voiture qui prenait de la place, j'ai donc fini par céder, me disant que j'allais replonger un jour.

Depuis je me suis offert une autre plus belle voiture du monde, ou presque, une présidentielle à la poa pour donner un indice, mais ma femme n’apprécie toujours pas, devrais-je changer ? ;)

Mercredi 3 novembre 2021 à 22h46

Signaler ce message

C'est l'une des premières anciennes (si ce n'est la première) qui m'ait tapé dans l'oeil au début de ma passion il y a quelques années.
Premiers salons, premières expo, je l'ai cherchée. Elle est rare je crois, et très belle c'est sur.
Bravo Jean Marc

Jeudi 4 novembre 2021 à 10h50

Signaler ce message

Ma che bella!
Je me souviens d'un coupé 404 particulier avec juste une bulle pour le pilote, qui tournait à Montlhéry pour des essais de moteur diesel... Du haut de nos 12 ans, seule la silhouette de cette auto nous intéressait, magnifique, pure, étrange...

Vendredi 5 novembre 2021 à 13h55

Signaler ce message