Essais à la POA • BMW

Essai BMW 218i Active Tourer : l'alternative aux SUV ?

Écrit par

Gaëtan Ferey (Ministre du Développement, Petites Observations Automobiles)

Gaëtan réalise pour POA des essais « dans la vraie vie ». Il prend une voiture quelques jours, et il part à son volant avec femme et enfants. Ville, route, week-end, points de vue des copains ou de la famille. Tout y passe. Aujourd’hui, il nous donne son avis sur le BMW 218i Active Tourer, l'un des derniers représentants du segment des monospaces compacts.

Exclu communauté POA : un lavage programme 5 (valeur 17 euros) offert pour un premier achat de 35 euros avec le code POA35 !

Mardi 6 février 2024


Écrit par

Photo Gaétan

Gaëtan Ferey Petites Observations Automobiles - Ministre du Développement

Alias "Monsieur le Ministre du Développement" de POA.

Lire la suite

26 Janvier 2024 - Montigny-le-Bretonneux. Je vais vous faire une confidence, peu assumée, mais bien réelle : je ressens parfois une petite nostalgie du monospace. Vous avez évidemment le droit de rire. Passéiste ? Pas du tout. Provocateur ? En aucun cas. Il se trouve simplement que, dans ma modeste carrière de bagnolard, j'ai roulé de longues années en Renault Scénic II 1.5 Dci Latitute de 2007. En effet, lorsque la famille s'est agrandie, j'ai eu besoin d'une voiture spacieuse, pratique, économique à l'usage, le tout si possible dans un format raisonnable, et à prix très abordable en occasion. Je dois avouer que mon Scénic II ne m'a jamais déçu sur chacun de ces points, ce qui m'amène à penser que, rationnellement, c'est la meilleure voiture que je n'ai jamais eue. A défaut d'être la plus sexy.

Et ce n'est un secret pour personne : s'il y a bien un segment automobile qui est tombé en désuétude ces dernières années, c'est bien celui des monospaces. On pourra discuter longtemps de la légitimité de cette évolution du marché, mais toujours est-il que la voiture familiale d'aujourd'hui, c'est un SUV. En réalité, le plus surprenant vient peut-être des marques qui souhaitent encore aujourd'hui être présentes sur ce marché. Alors que, dans les années 2000, le segment des monospaces étaient avant tout animé par les marques généralistes, notamment françaises, le monospace est aujourd'hui l'apanage des marques premium, et notamment de BMW, avec cette Série 2 Active Tourer.

Lorsque je découvre le BMW 218i Active Tourer qui sera mon compagnon de route pendant quelques jours, je suis frappé par la relative "discrétion" de l'ensemble. Si la marque bavaroise nous a récemment habitué à un design plutôt massif, à l'image du dernier BMW X1 par exemple, cette BMW Série 2 Active Tourer joue une partition plus douce. Il en va de même des dimensions du véhicule, qui restent contenues, avec une longueur de "seulement" 4,38m, quand un BMW X1 monte à 4,50m de long, avec il est vrai un empattement supérieur de 2cm. En ce qui me concerne, je trouve le design de l'Active Tourer plutôt agréable : simple, sans outrance, assez fluide, et non sans une pointe de dynamisme, en tout cas pour un monospace. 

BMW 218i Active Tourer

A l'intérieur, on retrouve l'habitacle tiré à 4 épingles de ses cousines Série 1 et X1. La qualité de finition est excellente, la dalle incurvée fait toujours son petit effet, et les nombreux rangements facilitent la vie au quotidien. L'habitabilité est tout à fait correct et permet de voyager sans problèmes en famille, tout comme le coffre qui offre 470L de contenance, voire plus grâce à la banquette coulissante et rabattable en 40/20/40. Un regret cependant : la modularité s'arrête là, et nous ne sommes pas au niveau de celle offerte par les monospaces français des année 2000, qui faisaient de la modularité une priorité.

Les premiers kilomètres réalisés en région parisienne vont rapidement mettre en évidence la très bonne visibilité offerte au conducteur. Le pare-brise, grand et incliné, ainsi que les vitres latérales de bonnes dimensions permettent d'avoir une excellente vision de son environnement, tout en offrant une sensation d'espace des plus agréables. Le 3 cylindres vibre peu, tout en étant étonnement silencieux, sensation renforcée par la boîte automatique à 7 rapports qui égrène les rapports rapidement pour favoriser la consommation. Les dimensions assez contenues de l'auto permettent d'évoluer sans encombres en milieu urbain. Le bilan citadin serait parfait sans des suspensions trop sèches à mon goût, ce que la fermeté de la sellerie (très belle par ailleurs sur notre exemplaire d'essai) ne fait qu'amplifier. C'est un monospace, oui. Mais c'est aussi une BMW.

Chaque défaut a ses qualités. Le chassis ferme de notre BMW 218i Active Tourer se joue brillamment de son centre de gravité pourtant haut perché. Le monospace permet une conduite enjouée sur petite route, et on peut vraiment prendre du plaisir. Le roulis est bien contenu, la direction précise, et la motricité rarement prise en défaut, bien aidée il est vrai par la puissance modeste de sa motorisation.

D'ailleurs, ce moteur d'entrée de gamme surprend en bien. Offrant seulement 136 chevaux et 230 nm de couple pour 1,5L de cylindrée, on n'a pourtant jamais vraiment l'impression de manquer de puissance, en tout cas dans le cadre d'une utilisation de bon père de famille. Le poids relativement contenu de l'auto (1545 kg) permet d'ailleurs un 0 à 100km/h en 9s, une valeur tout à fait respectable. Sur autoroute enfin, les suspensions retrouvent un peu de douceur et permettent surtout une tenue de cap imperturbable. L'insonorisation est également au rendez-vous et permet donc de voyager confortablement.

Un mot enfin sur la consommation qui s'est soldée par un résultat de 6,9l/100km à l'ordinateur de bord, pour un trajet mixte d'environ 350 km. Pas exceptionnel, mais plutôt correct pour un véhicule thermique à vocation familiale. Pour de meilleurs résultats, il faudra se tourner vers la version diesel (pour ceux à qui cela ne fait pas peur) ou l'excellente version PHEV (pour les plus argentés).

BMW 218i Active Tourer

On achète ou on n'achète pas ?

Parlons budget justement. Les prix de la BMW 218i Active Tourer commencent à 37 750 euros. Un modèle bien équipé s'échangera contre des sommes comprises entre 40 000 et 45 000 euros en fonction de votre capacité à être raisonnable ou pas au moment de cocher les options. S'il est évident qu'il s'agit de sommes déjà coquettes, il convient de mettre tout cela en perspective : nous sommes là dans les sphères tarifaires d'un Renault Austral milieu de gamme. Par ailleurs, un rapide coup d'oeil à l'ensemble de la gamme du constructeur allemand permet également d'affiner son regard : un BMW X1, à motorisation et à finition égales, demande presque 5 000 euros de plus que l'Active Tourer... pour une capacité d'accueil par forcément beaucoup plus importante. A méditer. 

L’avis des Petits Observateurs

5 commentaires au sujet de « Essai BMW 218i Active Tourer : l'alternative aux SUV ? »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Il va falloir me mettre à jour.......3 cyl 1.5 chez Bmw, je savais pas!
Faut dire que la combinaison Bmw-monospace-micro moteur ne
m'attire pas plus que ça.
Comme c'est un essai de Gaëtan, j'ai jeté un oeil! 😉
Merci pour l'info, je me coucherai moins bête ce soir....................

Mardi 6 février 2024 à 18h53

Signaler ce message

J'aime bien l'idée de l'essai d'un modèle "milieu" de gamme, pas sur-motorisé. Bon évidemment très bien présenté, riche en équipement. Cette série 2 Tourer de BMW est toujours très atypique, presque décalée dans la gamme. Son design moins énervé et plus simple le rend d'autant plus sympathique. Une voiture de père de famille cool et beaucoup moins bling bling que toutes les autres BM. Merci pour cet essai.

Mardi 6 février 2024 à 19h50

Signaler ce message

Il est vrai qu'à part le Classe B de chez Mercedes, il n'y a plus grand chose dans le domaine des "monospace".
J'ai essayé exactement le même Active Tourer. Même configuration et même motorisation.
Financièrement parlant, il est bien plus intéressant de prendre la configuration "Luxury" comme ici présenté.
Bref, un monospace qui m'a laissé l'impression de l'avoir toujours conduit. Douceur et silence à son actif.
Bon, ce n'est pas une bête de course mais il fait bien très le job et c'est tout ce qu'on lui demande.
Pour les déçus, c'est sûr qu'on est loin du 6 cylindres en ligne et mode drift sur le parking du super marché pour épater les minettes des années 80 mais, très franchement, une BMW mérite mieux que cela.

Mercredi 7 février 2024 à 10h15

Signaler ce message

BMW fait, avec ce véhicule (et autres 114d...), tourner ses usines grâce aux LOA professionnelles des grosses entreprises. Le logo à hélice fait encore rêver, et c'est tant mieux ! Serait-ce la meilleure riposte à la lutecienne croisade anti Eçuvé ? Pas en blanc en tout cas, mais avec un beau Phitonic Blau ou un joli San Remo Green, pourquoi pas ?

Mercredi 7 février 2024 à 20h27

Signaler ce message

Chic, un essai de Gaëtan ☺️
Mon expérience de cette auto c'est le modèle précédent, louée en Corse. Une voiture neuve (400km) immaculée comme celle de l'essai, avec déjà des rayures sur le pare choc arrière (en sortant les valises probablement🙄) et une employée d'agence de Loc gracieuse comme une porte de prison m'avertissant du prix exorbitant de chaque accroc que je pourrais être amené à faire.... Autant dire que sur les routes de Corse, je n'étais pas serein.
Bon je ne vais pas me lancer dans un souvenir d'auto sauvage. La seule chose positive que je garde en mémoire de cette auto c'est son excellent auto radio. Pour le reste, suspats psychorigides, sièges en bois, moteur oubliable.....
M...de , je suis démasqué, je n'aime pas les voitures allemandes😁

Jeudi 8 février 2024 à 10h22

Signaler ce message