Les Essais de Patrice • Honda

Prélude 4 WS : C'est notre dixième Honda !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Quand on aime, on ne compte pas ! Florence et son mari Franck totalisent pas moins de dix voitures Honda plus quelques motos de la même marque dont ce coupé Prélude 3 G 1991. Premier modèle à compter 4 roues directrices dès fin 1987...

Mercredi 22 juin 2022


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

Lors du récent rallye de la Corniche où Renaud participait au volant de son coupé Lancia 2000 HF, il a échangé avec Florence engagée au volant de sa petite Civic SB2 (voir la vidéo). Cette fois, elle évoque pour POA sa passion pour la marque Honda en général et pour le coupé Prélude 3 G en particulier.

"C'est par mon mari Franck qui roulait déjà en Civic que j'ai découvert la marque. Nous avons chacun notre Civic première génération. Lors d'un rassemblement Honda, j'ai remarqué une Prélude 3 G qui m'a séduite par son look, ses vastes surfaces vitrées, ses phares pop-up et ses 4 roues directionnelles. Nous l'avons achetée il y a 7 ans à Monaco à un vieux monsieur. C'était une première main en version EX, c'est à dire 114 ch à carburateurs en boîte auto avec un toit ouvrant,  en excellent état avec seulement 65 000 km au compteur. Depuis nous avons parcouru avec plus de 30 000 km et ce n'est que du bonheur".    

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Cette photo permet de se rendre compte du capot surbaissé qui exigeait une suspension avant spécifique

Le coupé Prélude avouait une visibilité exceptionnelle mesurée à 314 % sur 360

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Comment ça marche ?

La 3eme génération du coupé Prélude dévoilé fin 1987 innovait par ses quatre roues directrices baptisées 4 Whell Sterring System. Il s’agissait de deux boîtiers de direction reliés entre eux par un petit arbre central permettant aux roues arrière de tourner en fonction de l’angle de braquage du volant. Jusqu’à un angle de 140 degrés du volant, les roues arrière tournaient dans le même sens que les roues avant. De 140 à 240 degrés, elles suivaient les roues avant, et à partir de cet angle, elles pivotaient en sens inverse. C’est clair ?

Essayé en Allemagne par votre serviteur, le Prélude démontrait rapidement que son châssis exceptionnel lui offrait un comportement routier tout aussi exceptionnel ; pas de roulis, suspension efficace, direction précise. Mais en cadeaux Bonux, il y avait ces fameuses 4 roues directrices. On s’en rendait déjà compte en mettant un coup de volant maladroit à 150 km/h sur autoroute, où il restait, impavide, rivé sur sa trajectoire. Impressionnant !

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Planche de bord typiquement à la japonaise des années 80. L'équipement était exceptionnel et la finition de meilleure qualité comparés à nos voitures françaises

Sur cette version, le 2 litres 12 soupapes délivre 114 ch contre 150 ch pour la version injection 16 soupapes

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Le plus spectaculaire, c’était pour virer sur les sorties d’autoroute n’exigeant pas d’anticiper son braquage et autorisant à tourner en toute sécurité au dernier moment. Redoutable ! Enfin cerise sur le gâteau sur un parcours sinueux, où la voiture s’enroulait dans les courbes avec allégresse et vitesse tout en restant merveilleusement neutre dans les changements d’appui. Enfin, l’essai s’achevait par une manœuvre de stationnement qui s’avéra être, le plus déroutant. Le rayon de braquage était si court que pour effectuer un créneau, il fallait reculer à la hauteur de la malle arrière de la voiture avant pour débraquer. Nous sommes revenus de cet essai en pensant que nous avions assistée à une formidable avancée de l’automobile.

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Le Prélude offrait une bonne habitabilité pour des enfants à l’arrière et un vaste coffre et des sièges très confortables

Boîte auto à 4 rapports très préhensile grâce au long levier. La clim était déjà de série

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

"Elle se gare dans un mouchoir de poche"

Elle existait en deux motorisations. En 4 cylindres deux litres, 12 soupapes à deux carburateurs de 114 ch comme celle de Florence, soit en 16 soupapes à injection de 150 ch.

"Son conducteur ne roulant qu'à Monaco ne l'avait jamais poussée et son moteur était très mou. Nous avons eu la chance de récemment dénicher un moteur neuf qui est introuvable.  Elle est beaucoup plus nerveuse et agréable à conduire bien qu'elle soit encore en rodage. Je l'utilise au quotidien et c'est un régal par sa visibilité exceptionnelle, le confort de ses sièges, la douceur de sa direction assistée et de sa boîte auto et surtout, elle se gare dans un mouchoir de poche. En plus j'adore sa ligne avec ses phares pop-up et son grand feu rouge ininterrompu à l'arrière".

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Le Prélude succombait à la mode du feu rouge ininterrompu très tendance ces années là et popularisé par Porsche

Sur cette photo on aperçoit l’angle original des roues qui changent de sens selon la vitesse

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Une Hondiste dans l'âme

Le Prélude nous avait bluffés avec sa silhouette fine au capot étonnamment surbaissé. Pour lui affiner sa proue, Honda avait du incliner son 4 cylindres de 18 degrés et dessiner une suspension triangulée inédite, forme exigeant des phares occultables pour respecter la réglementation. En 1988, il fut le coupé le plus vendu en France mais  la 4 G à la silhouette plus sportive qui le remplaça fin 1991 eut moins de succès à cause de son habitabilité plus étriquée.  D’autres Japonais se sont collés aux 4 roues directrices comme Mazda et Mitsubishi puis la mode est passée et seules quelques rares voitures en sont équipées aujourd'hui.

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Pour affiner sa face avant, le Prélude adoptait des phares occultables

Florence et son mari Franck totalisent plus de 10 Honda à 4 roues plus les motos

Illustration - Les Essais de Patrice Honda Prelude
Les Essais de Patrice Honda Prelude

Franck roule en Accord 1,6 l et Coupé Legend 3,2 l sans oublier quelques motos alors que Florence partage son coupé Prelude avec sa Civic SB2, Honda Jazz et un rare Vamos et quelques autres. Pas question de vendre mais au contraire d'acheter :"Je rêve d'une petite Honda Z des années 70 mais c'est quasi-introuvable !" sympa notre Hondiste.

L’avis des Petits Observateurs

3 commentaires au sujet de « Prélude 4 WS : C'est notre dixième Honda ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Au tout début des années 70, j'ai passé mon permis sur une Civic, voiture rare à l'époque.
Et encore plus rare chez les moniteurs auto-école qui proposaient le plus souvent des Peugeot 104 ou des Renault 5.
Il faut préciser que Honda a eu beaucoup de mal à se remettre de la réputation épouvantable des toutes premières Z dont il fallait parfois attendre les pièces 6 mois. Sans parler de la fiabilité... Bref, ils ont beaucoup ramé avant de pouvoir s'imposer avec la Civic qui était pourtant géniale.
Et puis est arrivée la toute première Prélude. Elle était superbe, dotée de nombreuses options dont un toit ouvrant occultable par un joli volet.
Une auto superbe à la finition était exemplaire mais... je ne l'ai pas achetée à cause du prix vraiment dissuasif !

Mercredi 22 juin 2022 à 14h35

Signaler ce message

J'ai rencontré Honda par la Civic première du nom de mon grand frère puis après quelques errements j'y suis revenu par les voitures anglaises🙄
Oui les Rover furent longtemps des Honda rebadgées même si certaines utilisaient des moteurs anglais.
Petit à petit mon corps s'est fait tant et si bien qu'aujourd'hui quand je monte dans une Honda quel qu'elle soit, c'est comme si j'enfilais un veston sur mesure.
Ces dix dernières années, après une Jazz 1 et une CRV 3, je roule avec grand bonheur dans une Jazz 2 hybrid que je regrette de ne pas fréquenter plus souvent pour cause de voiture de fonction.

Mercredi 22 juin 2022 à 16h49

Signaler ce message

Couple hyper sympathique rencontré au Japn'car festival en 2019 avec leur Honda Vamos ! Une rareté.
Ayant une Prelude 3g 150 ch, je peux dire aussi que cette voiture procure un immense plaisir de conduire et une très bonne fiabilité pour une voiture de plus 30 ans.
youtu.be

Au dernier recensement, il reste 284 Prelude gen3 en France.

Jeudi 23 juin 2022 à 18h34

Signaler ce message