Les Essais de Patrice • Ford

Sylvain, il voit la vie en Ford

Par Patrice Vergès. La Ford Escort MK3 RS Turbo a existé seulement en version berline 2 portes. Passionné par les Ford, Sylvain a transformé son cabriolet XR3 en version RS Turbo avec une mécanique encore plus affutée.



Sylvain au coté de sa fille Lucy, photographe talentueuse et déjà passionnée de Ford devant leur collection de Fiesta

Sylvain est passionné par la marque Ford dont il possède une dizaine de modèles notamment plusieurs Fiesta et Escort souvent en version sportive. D'ailleurs dans son garage Fordenco situé à Fontenoy dans l'Yonne, il ne restaure et répare pratiquement que des Ford de collection venues de France et même de l'étranger. Cette passion autour de la marque à l'ovale bleu l'a poussé à créer il y a 5 ans un club et forum de discussions qui regroupe tous les fanas de la marque. Composé d'une petite centaine de membres, son club organise plusieurs sorties par an du moins quand il n'y a pas le confinement et une présence dans les divers salons. Sylvain s'est concocté une Escort XR3 cabriolet pas banale et exclusive en la transformant en RS Turbo. Voiture qui est une vitrine roulante de son savoir-faire. " A la base, c'était un cabriolet 1600 XR3 de 105 ch de 1985 que j'ai acheté il y a quelques années et dont le moteur était mort. C'est une voiture qui vient d'Allemagne et à mon avis, la caisse avoue plus de 400 000 km ! Je l'ai transformée en RS Turbo autant au niveau moteur, que train roulant que carrosserie".



L'Escort RS Turbo de Sylvain est unique puisque cette version n'a pas existé en version cabriolet

Il en entièrement refait cette voiture venue d'Allemagne qui a certainement parcouru plus de 400 000 km depuis 1985



Voiture de l'année 1981

Pour bien comprendre l'histoire, il faut savoir que L'Escort MK3 lancée fin 1980 (elle a failli s'appeler Erika) était 100 % inédite du sol au plafond comparée aux précédentes versions dont la première mouture était née début 1968. La nouvelle abandonnait la propulsion, l'essieu rigide et le moteur en fonte pour la traction avant à mécanique transversale à arbre à cames en tête (OHV) et les 4 roues indépendantes et une technologie plus moderne. Une révolution chez Ford dont le conservatisme était décrié. Un modèle bien né qui lui valut le titre mérité de " Voiture de l'Année 81 ".

Comparée à une Golf, la Ford Escort offrait une ligne jugée plus séduisante, un équipement supérieur et un prix de vente inférieur sans en avoir toutes les qualités dynamiques.   Elle furent mises en lumière quand Ford dévoila des versions plus sportives, comme la XR3 (96 à 105 ch), RSI (115 ch) et surtout en 1985, la RS Turbo (132 ch) uniquement de couleur blanche dont le train avant avait du mal à supporter la furia de sa mécanique surcompressée. Face au retour à la mode du cabriolet, dès 1983 Ford extrapola son Escort en version cabriolet construit par le carrossier allemand Karmann. Comme beaucoup de cabriolets de l'époque, un arceau était sensé lui donner davantage de rigidité.



On reprochait que l'arceau casse la ligne de la voiture à cette époque. Mais l'Escort en avait bien besoin...



Sous le capot, le 1,6 l 4 cylindres de la RS Turbo boosté à 160 ch contre 132 de série. Remarquez la barre de renfort !

Méchamment préparée

Sylvain explique en détails toutes les modifications mécaniques qu'il a faites subir à sa voiture. " J'ai monté un 1,6 l 8 soupapes 132 ch de RS Turbo refait à neuf que j'ai optimisé et équipé d'un gros échangeur et d'un turbo boosté à 1 bar au lieu de 0,5. Avec une ligne d'échappement en inox, il doit donner une quarantaine de chevaux de plus qu'à l'origine, soit autour de 160. Il a été accouplé avec une boîte de vitesses équipée d'un autobloquant !"

Bien entendu avec davantage de chevaux, il fallait que sa voiture tienne la route d'autant que la rigidité du cabriolet malgré son arceau était inférieure à celle de la berline. Il a monté une suspension de RS Turbo rigidifiée, des amortisseurs spécifiques ainsi que ses gros freins. Sa voiture tient par terre sans aucun doute. Bien entendu, il a greffé le kit carrosserie de la RS Turbo et a échangé les jantes de 14 pouces de série contre des 16 pouces empruntées à une Escort MK5 chaussées de pneus bien plus trapus. Sans oublier de nombreuses autres modification avec un l'intérieur avec de RS Turbo, électrification de la capote, etc.   Son cabriolet qui transpire l'agressivité dégage une allure bien plus agressive qu'à l'origine.



Planche de bord de série dans l'esprit des années 80 mais sièges Recaro de RS



Tout est signé Ford, Sylvain est un perfectionniste. Sa voiture est équipée du gros spoiler de la RS

Créer un musée Ford

Pas que l'allure avec aussi une magnifique sonorité liée à des accélérations explosives qui plaquent au Recaro quand l'effet turbo apparait. Au total, Sylvain a passé des centaines d'heures pour faire de son cabriolet un exemplaire unique. Il faut savoir que l'Escort MK3 et MK4 qui était la version restylée a connu un énorme succès commercial autant en berline et que le cabriolet a été produit à 185 000 exemplaires en dix ans.



Sylvain a chaussé son Escort de jantes de 16 pouces d'un modèle plus récent. Remarquez les cales de capot signées Ford Performance servant à améliorer le refroidissement du moteur sous le capot

Je vous laisse imaginer la superbe sonorité de la ligne d'échappement en inox signé Mongoose



Sylvain ne vit seulement mais il rêve Ford puisque celui-ci serait de créer un musée uniquement dédié aux Ford. Quand on lui demande de quelles Ford il rêve à titre personnel, il répond que ce serait surtout la mythique RS 200. Une groupe B street-version à 4 roues motrices au moteur central 1800 turbo de 250 ch (450 en course) produite au milieu des années 80 destinée aux rallyes. Fabriquée à seulement 200 exemplaires pour son homologation, sa carrière a été brisée suite à l'interdiction par la FIA des Groupe B en course. Mais avec des prix qui varient entre 300 et 400 000 euros, c'est un rêve impossible. En revanche, une Sierra Cosworth 1ere série avec le gros aileron, modèle qu'il entretient déjà dans son garage et une Focus RS MK1, pourraient un jour prochain, passer du rêve à la réalité.



La RS 200, le rêve de Sylvain

Petite balade après le confinement chaussée de jantes de Sierra Cosworth

Vendredi 12 juin 2020

L’avis des Petits Observateurs

Soyez le premier a commenter

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire