Les Essais de Patrice • Fiat

Bertone X1/9 de 1984 : non, ce n'est pas une Fiat !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Non il ne s'agit pas d'une Fiat X1/9 mais d'une Bertone X1/9. En 1982, après plus de 150 000 exemplaires fabriqués chez Fiat depuis 1972, le carrossier Bertone avait repris la totalité de la construction du petit spider traité plus luxueusement.

Offre Partenaire LOCALEASE

En recherche d'une LLD auto ? Un mois de loyer offert en passant par le formulaire POA ci-dessous !

Demander un devis

Offre Partenaire WASH

Exclu communauté POA : un lavage programme 5 (valeur 17 euros) offert pour un premier achat de 35 euros avec le code POA35 !

Lundi 8 juillet 2024


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

Amoureux fou du spider Fiat X1/9, Claude en a compté une vingtaine en quarante ans et en totalise encore une dizaine dans son garage. Ils se répartissent entre une 1300 de 1974 et une ultime Bertone de 1989 possédant seulement 7000 km. Il a préféré  faire découvrir aux lecteurs de POA son rarissime Bertone 1984  VS (Version Spéciale)  à la peinture bicolore  Rosso Arancio (code 889) avec intérieur tendu de cuir noir.

Dessinée par la regretté Marcello Gandini, la X1/9 était une véritable réussite esthétique de par son avant profilé aux phares rétractables s'opposant à son arrière tronqué. Elle se spécifiait par son toit ouvrant dur type Porsche Targa qui pouvait se glisser dans le  coffre avant.  Longue de 3,83 m, basse de seulement   1,17 m, étroite de 1,57 m, la X1/9 est à l'échelle de nos sportives d'aujourd'hui, carrément minuscule. Lorsqu'on la photographie, on imagine qu'on est trop loin. Non, c'est parce qu'elle est toute petite !

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Cette version spéciale bicolore VS se distinguait également par ses jantes 13 pouces Cromodora en alliage léger à trois fentes

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

On n'imagine pas en photo comme la X1/9 est minuscule aujourd'hui longue de moins de 4 m et 1,17 m de haut seulement

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Intérieur tapissé de cuir sur cette VS

1300 puis 1500 cm3

La X1/9 adoptait en position central transversale le quatre cylindres 1300 cm3 du coupé 128 SL. Sa puissance de 75 chevaux lui permettait de frôler 168 km/h après avoir franchi les mille mètres départ arrête en 34 secondes. Ce n'était pas mal pour une 1300 il y a un plus d'un demi-siècle, mais ses qualités dynamiques dues à son architecture, firent déplorer qu'elle ne disposât pas d'une mécanique plus tonique. Fin 1978, la X1/9 adopta le moteur plus puissant de la Ritmo, un 1500 cm3 de 85 ch équipé d'une boîte à cinq vitesse et revendiquer de meilleures performances (175 km/h) davantage en adéquation avec son excellente tenue de route.

Lors de son essai en 1980 (déjà !)  ses aptitudes routières qui auraient encore accepté une vingtaine de chevaux supplémentaires même en 1500, m'avaient totalement séduit. En revanche, mon gabarit (1,87 m) m'avait gêné pour me glisser pas trop souplement dans ses 117 cm et trouver difficilement une position idéale de conduite. Si j'avais regretté la trop grande fermeté des freins qui auraient mérité une assistance, en revanche, son confort m'avait étonné du moins pour un spider à vocation sportive.

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Claude au volant de sa X1/9 dont le toit enlevé la transformait en cabriolet à arceau de protection

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Coup de foudre à 16 ans

"Je suis tombé amoureux de cette voiture la première fois à l'âge de 16 ans quand j'étais lycéen sans jamais imaginer évidemment en posséder une. Un jour un ami est venu me voir avec une X1/9 1300 jaune de 1973 première série. Le choc en découvrant cette voiture que j'ai pu essayer plusieurs fois ! La conduire les soirées d'été, rouler avec décapoté était un véritable plaisir. Elle sentait bon la liberté, le plaisir principal vient que sa direction directe et très légère à l'avant du fait que le moteur est central " explique Claude.

En 1984, la X1/9 Bertone dans cette série limitée VS bicolore, à sellerie cuir et jantes en alliage Cromodora était vendue 72 500 francs. Elle n'avait pratiquement pas de concurrentes puisqu'une Golf cabriolet était plus chère de même qu'une Pininfarina 2000 (ex Fiat 124) à 90 000 francs. Mais ses strictes deux places limitaient son utilisation aux loisirs. Claude l'a achetée en 2008 à Dunkerque avec seulement 24 000 km au compteur. Depuis à son volant, il a rajouté environ 20 000 km.

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Beau volant tendu de cuir. Le compte-tours est inversé pour faciliter sa lecture

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Superbes sièges intégraux signés Bertone

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Phares relevés, la face avant de la X1/9 gagne en agressivité et perd en aérodynamique

Vendues et rachetées

"A 20 ans, j'ai acheté ma première X1/9 jaune que j'ai dû vendre deux ans après pour me marier. Plus tard, j'en ai rachetée une, une 1300 série spéciale Échelle dont je me suis encore séparée après deux ans car j'allais être papa. Je me suis rattrapé plus tard en en achetant une petite vingtaine ! Ca fait quarante ans que je roule en Fiat X1/9 Bertone toutes dans leur état strict d'origine.

Cette passion est restée en partie par nostalgie mais surtout par son style par ses lignes tendues et épurées qui me font penser à une fusée ou une fléchette comme on veut. Il y a d'ailleurs une publicité où on voit le prototype de la X1/9 avec deux mannequins en cosmonautes".

Sur la dizaine de X1/9 qu'il possède, lorsqu'on lui demande celle qu'il préfère, il botte en touche. " Je les aime toutes car elles ont toutes leur propre personnalité. Si je devais en conserver qu'une, je garderais la jaune de 1974 car elle me rappelle ma première X1/9 de mes 20 ans et ce souvenir inoubliable lorsque je l'ai vue pour la première fois à 16 ans".

Comme tous les passionnés par cette Fiat pas comme les autres, Claude fait partie du dynamique Club X1/9 dirigé par Jean-Luc Armagnac qui nous a aidé à la réalisation de ce reportage. Merci Claude et Jean-Luc.

https://www.clubx19france.org/

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Sur la VS, le sigle X1/9 est rappelé sur les montant de l'arceau

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Vous remarquerez les bagages siglés X1/9. Claude est un puriste

Illustration - Bertone X1/9
Bertone X1/9

Trois autres de ses X1/9 dont une des premières 1300 de couleur jaune (photo Nicolas Delpierre)

L’avis des Petits Observateurs

4 commentaires au sujet de « Bertone X1/9 de 1984 : non, ce n'est pas une Fiat ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Les pare-chocs "américains" avait fait couler beaucoup d'encre. Mais j'avoue que la bleue ciel avec ses jolies jantes (que l'on trouvait sur la 131 Supermirafiori) a quand même de la gueule

Lundi 8 juillet 2024 à 21h20

Signaler ce message

Ah oui, je me suis trouvé à côté d'une belle X1/9 blanche il y a quelques années sur un parking. Comparée aux autres voitures stationnées à ses côtés, on avait l'impression d'un jouet pour enfant. Je mesure 1,86 mètres et je me demande si je tiendrais à bord🤔

Mardi 9 juillet 2024 à 07h58

Signaler ce message

En réponse à Chapman L

Je me suis installé à son volant en 1974, au Salon de l'Auto. Avec mon 1m78, je tenais très bien à bord. Par contre, quand on se retournait vers l'arrière, ben... il ne restait pas grand chose !
Le modèle était présenté en vert pomme, magnifique. J'aurais du garder la doc prise au salon !
PS : Avant, on ramenait à la maison des documentations magnfiques, maintenant c'est fini... (oui, la planète !)

Mardi 9 juillet 2024 à 09h13

Signaler ce message

1979, le permis A et B en poche, tel le preux chevalier, je chevauche un « deux roues » pétaradant, une infatigable teutonne bicylindres à plats qui répond au doux nom de R 75/5. Le bonheur est absolu. Enfin... Absolu mais éphémère. Car quand la combarde est détrempée et que je claque des dents sous le casque, le bonheur d’essorer la poignée de gaz en roulant à l’air libre est considérablement amoindri. Sachant que, sous les latitudes de métropole les premiers frimas arrivent à l'automne et que les derniers seaux d'eaux tombent au printemps voir en début d'été, la période idéale pour chevaucher la bécane est, tout compte fait, beaucoup plus réduite que la période prohibée...
Aussi, me dis-je, que dès que mes économies me le permettront, je me paierais un engin à quatre roues avec un toit... Me voilà donc en quête du Saint-Graal et pour ne rien vous cacher il y a une X 1/9 flambant neuve derrière la vitrine du concessionnaire FIAT qui me fait carrément du rentre dedans. L'essai autour du pâté de maison me fera grimper l'aiguille du désir dans le rouge, mais la raison me fera y renoncer car, à la réflexion, je ne dispose pas de plus de places dans cette auto que je n'en disposai sur ma moto.
Or, à cette époque bourgeonnante et fiévreuse, il était impensable qu'avec ma propre bagnole, je ne puisse pas aller en boîte le samedi soir sans offrir généreusement quelques places supplémentaires à bord pour le cas où...
L'histoire me montrera que j'avais tort, car j’ai trop souvent fait le taxi pour peu de considération en retour et de toutes façons, lorsque l'on est vraiment amoureux, deux places suffisent amplement, mieux, deux places serrées suffisent…
Je vais regretter longtemps de ne pas avoir choisi l’X 1/9.
Nabu toujours amoureux
😁

Mardi 9 juillet 2024 à 17h48

Signaler ce message