Souvenirs d'Autos • Renault

Souvenirs d'Autos (343) : Renault 9 un jour, Renault 9 toujours !

Écrit par

Thibaut Chatel (Commandant Chatel, Petites Observations Automobiles)

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci Bernard

Jeudi 23 septembre 2021


Écrit par

Photo Thibaut

Thibaut Chatel Petites Observations Automobiles - Commandant Chatel

Alias "Commandant Chatel"  de POA.

Lire la suite

La Renault 9 fut volontairement la plus banale pour plaire au plus grand nombre. Son arrivée dans notre famille ressembla à une longue péripétie non dénuée d’avatars.

Mon père essaya d’abord une 305 diesel d’occasion mais patatras de retour à la concession Peugeot après un bref essai, le moteur se mit littéralement à « pisser » l’huile ! Il opta ensuite pour une 205 neuve (le modèle venait de sortir, on était donc en 1982) mais là aussi achat avorté, officiellement, car la voiture livrée ne comportait pas l’option demandée (banquette AR rabattable par partie), en réalité parce que ma grand-mère trouvait la 205 bien trop modeste surtout en comparaison de la voiture que mon oncle venait acheter : une superbe R9 GTS blanche, le modèle looké sport essence.

Particularité : intérieur beige, boite 5, becquet arrière (ce qui la distinguait des versions de la plus modeste TD).

Illustration - Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Illustration - Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Illustration - Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours

Mon père opta donc pour une splendide R9 GTD bordeaux, franchissant ainsi à l’époque un rubicon informel. Il avait à l’époque d’un côté les Peugeot (plutôt catho de droite) et les Renault (plutôt gauche-laïque) Particularité : intérieur beige, boite 5, becquet arrière (ce qui la distinguait des versions de la plus modeste TD).

Surtout, mon père qui avait toujours été assez novateur en matière automobile (il avait eu avant deux automatiques) avait choisi le modèle diesel, plus cher mais aussi plus rare (il ne représenta que moins de 10% des ventes en France : 50 000 sur un total de 500 000).

La voiture arborait ainsi fièrement un badge distinctif sur la calandre avant « Diesel ». Autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui, on chercherait certainement à le cacher…

Illustration - Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours
Souvenirs d'Autos (343) Renault 9 un jour, Renault 9 toujours

Nous avons conservé cette auto jusqu’en 1997. À l’époque, on gardait longtemps les voitures.

Cette voiture nous a accompagné partout. Lors des allers-retours chaque week-end pour aller des Landes à Bordeaux et pour les vacances d’été passés chaque année en Ariège.

Surtout, elle fut ma première voiture une fois le permis obtenu en 1990. Cette voiture fut pour moi un vrai vent de liberté, je mesure combien à posteriori mon père fut cool en me la laissant…

Elle était parfaite pour un jeune conducteur : pas très puissante, traction avant, freinant bien. Elle m’a pardonné bien des erreurs de jeune conducteur. La seule fois où je me suis fait peur fut lors d’une averse d’été.  Mon père toujours friand d’innovations avait acheté des pneus 4 saisons nouveaux à l’époque mais qui en cas de pluie chaude devenaient de vraies savonnettes.

Conséquence : lors d’une averse d’été et après un freinage un peu trop appuyé, pneus bloqués et un beau tout droit mais heureusement sans gravité. Je n’eu qu’un seul accrochage : j’étais sur le parking de l’IEP et une grosse 505 était mal garée face à ma R9. Mon copain Lionel me guida pour sortir, je l’entends dire encore « cela passe cela, cela passe, vas-y » puis ce funeste bruit du clignotant avant cassé. Je ne vous parle pas du retour penaud à la maison.

En 1993, après un an à l’armée, je quitte définitivement Bordeaux pour Paris. Je m’achète une 205 diesel (aussi), la R9 est utilisée que par mon père ou par moi les week-ends où je redescends

1997 : je suis en mission à Hong Kong pendant plusieurs mois. Je sens que quelque chose chagrine mes parents. Ils finissent par m’avouer que mon père a cassé le moteur de la voiture et l’a ramené dans une concession où on lui a expliqué qu’i n’y avait plus rien à faire. Réaction de ma tante : mais Bernard va être si triste, comment allez-vous lui annoncer ? Mon père recroisera quelques mois plus tard dans Bordeaux sa R9, preuve qu’elle n’était pas si irrécupérable et cela l’affecta beaucoup (je ne sais pas à quel détail il l’avait reconnu). Il nous a quitté quant à lui il y a 7 ans.

J’ai eu entre-temps plein de voitures y compris des voitures allemandes de sport mais depuis quelque temps, je me suis mis en tête de rechercher une R9 peut-être la version cabriolet américaine. Je me suis même surpris à reluquer une si politiquement incorrecte R9 Diesel. J’ai vu une magnifique en Allemagne avec un toit coulissant d’origine (j’ignorais que cela existait).

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

L’avis des Petits Observateurs

Soyez le premier a commenter

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire