Les Essais de Patrice • Renault

4 CV Renault 1954 : c'est une Affaire !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Par Patrice Vergès. Produite de fin 1946 à mi 1961 à plus de 1,1 million d'exemplaires, la 4 CV Renault a été la voiture populaire des années 50 avec la 2 CV Citroën. Renault la proposait en plusieurs versions dont cette rarissime Affaire. 

Jeudi 28 octobre 2021


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

Pour accroître ses ventes et mieux concurrencer la 2 CV moins chère, Renault dévoila une 4 CV Service en 1953. Dépouillée à l'extrême de l'extrême, sans chromes, malgré un prix compétitif, elle ne se vendit pas. En 1954, Renault rectifia le tir en la replaçant par l'Affaire un peu plus pimpante proposée 15 % moins chère que la Sport.


Cette année là, la 4 CV dont le succès ne se démentait pas, fêtait ses 500 000 exemplaires. Ce millésime avait bénéficié de quelques améliorations dont un chauffage enfin efficace car l'hiver, jusque là, on grelottait à l'intérieur, de sièges amincis amplifiant la place à l'arrière et d'un coffre avant agrandi par le transfert à l'arrière de la batterie 6 volts. Ce passage accroissait encore sa mauvaise répartition des masses (180 /390 kilos) à l'avant trop léger surtout par vents violents.


Chromes supprimés


Pour comprimer son tarif, Renault avait supprimé tous les chromes. Les pare-chocs et les enjoliveurs étaient peints, la calandre simplifiée passait de trois à une moustache (aucune sur la Service). Plus d'enjolivures de bouchon de radiateur et de prises d'air latérales. L'intérieur n'y échappait pas avec une planche de bord simplifiée, affreux volant noir de Juva 4, plus de garnitures de portes, pas de plafonnier ni de pare-soleil, plus de compteur journalier, voyant supprimés, pneus réduit à 125 de large contre 135. Le minimum syndical ! 
Cette version Affaire se vendit beaucoup mieux surtout dès 1956 quand la Dauphine apparut en cannibalisant les ventes de la 4 CV Sport à son profit. D'ailleurs, en 1958, la 4 CV fut la première voiture française à atteindre le million d'exemplaires !

 

Lui redonner son aspect d'origine


Hervé à découvert la 4 CV il y a une vingtaine d'années par le biais d'un club de 4 CV. Il a eu le coup de foudre pour cette petite voiture. "J'ai décidé d'en acheter une et trouvé cette 4 CV à vendre pas très loin de chez moi. A l'époque, je connaissais mal son histoire et j'ai appris que c'était une version Affaire peu vue dans les sorties de 4 CV. Elle n'avait que 38 000 km au compteur mais son moteur avait été refait de même que sa suspension et ses garnitures de sièges. Elle était en bon état mais loin d'être dans celui d'aujourd'hui. Je l'ai fait repeindre de sa teinte d'origine vert Tribord, changé ses amortisseurs et surtout retrouvé les accessoires d'époque notamment la tige d'avertisseur propre à l'Affaire qui n'avait pas de commodo. J'ai voulu lui redonner absolument son aspect d'origine ce qui n'a pas été facile car beaucoup ont été transformée en Luxe ".


Une véritable sportive


La 4 CV était une voiture très sympathique que les Français ont adoré d'abord en tant que familiale dans les années 50 (parfois chargée de 6 personnes) et souvent comme première voiture des jeunes dans les sixties.  Son petit 4 cylindres de 750 cm3 vif et économique et robuste délivrant 21  ch fut produit pendant 40 ans sur les Dauphine puis Renault 4 jusqu'en 1986 et autres dérivés. 
Plus nerveuse que la 2 CV, la 4 CV était surtout bien plus rapide en roulant à fond à 100 km/h dans un beau vacarme mécanique. A cette allure folle, son nez trop léger cherchait toute la route. Victime de sa répartition des masses, son train avant trop léger incitait nombreux de ses propriétaires à mettre un sac de sable dans son minuscule coffre. Il fallait conduire " fin" avec.


Justement, ce moteur arrière en fit la préférée des rallymen qui appréciaient sa maniabilité. C'est elle qui donna le jour aux premières Alpine en 1955 et Renault l'engagea dans de nombreuses épreuves sportives. La version affutée 1063 (poussée à 35/40 ch) participa même deux fois aux 24 Heures du Mans déboulant à 145 km/h dans les Hunaudières.


Quelques balades en 4 CV


Aujourd'hui la 4 CV d'Hervé annonce plus de 52 000 km au compteur.  Il va se balader parfois derrière son grand volant noir et participe aux sorties de la sympathique association " 4 CV en Touraine".  " C'est plaisant à conduire, archaïque et bruyant mais il vaut mieux ne faut pas dépasser 85 km/h.  Je prends du plaisir à son volant. Ma fille Juliette 10 ans qui est montée dedans lorsqu'elle était bébé, la trouve rigolote. C'est vrai qu'elle a une bouille sympathique. Si j'étais obligé de la vendre pour un problème quelconque, ce serait à contrecœur. Je l'aime ma petite 4 CV Affaire ! "

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

La version Affaire était dépouillée de tous ses chromes. Sa fausse calandre ne comptait plus qu'une moustache. Hervé s'est attaché à la remettre au maximum dans sa configuration d'origine.

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

L'Affaire avait une planche de bord simplifié, cet affreux volant 3 branches, le commodo supprimé, une tige pour commande d'avertisseur 

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Le petit 747 cm3 Billancourt développait 21 ch. Sur la 1954, la batterie 6 volts était passée de l'avant à l'arrière. Le bouchon d'essence était dans le moteur !  

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Les ouïes de refroidissement du moteur avaient perdu leur enjoliveur 

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

L'Affaire recevait des sièges simplifiés. On remarque l'absence de pare-soleil !  

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Hervé possède une petite nourrice d'essence adaptable à la 4 CV qui se glissait dans la jante de la roue de secours. D'origine ses pneus étaient des 125X15

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Pas de garnitures de porte, suppression des poignées. Le minimum syndical 

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Jusqu'en 1958, la jante de la 4 CV se composait d'un voile boulonné

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Hervé a découvert la 4 CV lors d'une concentration autour de la petite Renault

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Pub autour du modèle 1954 dont le chauffage très critiqué avait été amélioré 

Illustration - 4CV Renault 1954
4CV Renault 1954

Avant l'Affaire, Renault avait dévoilé la Service tant dépouillée qu'elle ne rencontra aucun succès 

L’avis des Petits Observateurs

4 commentaires au sujet de « 4 CV Renault 1954 : c'est une Affaire ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Papa en posséda une, mais avec tous ces atours. Elle fut choyée pendant quatre ou cinq ans je me souviens, et fut remplacée par la 4L.
Sur ce modèle dépouillé à l' extrême, c'est rien de le dire, le charme n'opère plus.
Heureux de découvrir votre passion Hervé, pour un modèle rare que je découvre.

Jeudi 28 octobre 2021 à 16h00

Signaler ce message

Difficile de faire plus mignon la 4cv. Cette auto est craquante mais c'est vrai que quand on la conduit aujourd'hui ce n'est pas tant sa faible puissance qui déroute que sa tenue de route. Il Ne fallait quand elle pas être manchot pour traverser la France en famille pour les congés payés.
Félicitation à Hervé pour l'état impeccable de son "affaire" mais je dois avouer que je lui préfère les modèles un peu plus apprêtés.

Jeudi 28 octobre 2021 à 19h43

Signaler ce message

Très malin cette nourrice d'essence dans la jante de la roue de secours, au dela de reserve elle apportait un petit lest bien utile .
Le levier de clignotant, au sommet du commodo sur la 4CV " normale", était donc sur cette affaire situé sur le tableau de bord ?

Samedi 30 octobre 2021 à 10h41

Signaler ce message

Beaucoup de tendresse pour la 4 CV car c'est avec elle que j'ai appris beaucoup de choses sur la conduite d'une auto. C'est vrai qu'il fallait " conduire fin" si on voulait rester proprement sur la route mais elle procurait beaucoup de plaisir malgré des performances qui aujourd'hui font sourire . Elle était incroyablement robuste pour supporter les outrages d'un apprenti conducteur souvent maladroit mais son "entretien" était également une bonne école pour de futurs .techniciens et la aussi le plaisir était de mise. Finalement je l'ai beaucoup aimé et c'est avec émotion je regarde les vieilles photos jaunies et le vieux film amateur de cette époque bénie....elle n'a pas pris une ride alors que moi....

Samedi 30 octobre 2021 à 20h08

Signaler ce message