Les Essais de Patrice • Fiat

Fiat 131 TC Racing : il va y avoir du Sport !

Écrit par

Patrice Vergès (Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur , Petites Observations Automobiles)

Comme la 124 à laquelle elle a succédé en 1974, la Fiat 131 Mirafiori a été déclinée en versions plus sportives comme cette rare Racing apparue en 1978.

Les émissions POA sont désormais disponibles en podcast !

Lundi 25 avril 2022


Écrit par

Photo Patrice

Patrice Vergès Petites Observations Automobiles - Romancier, journaliste, essayeur, auteur & chroniqueur

Membre du Gouvernement POA.

Lire la suite

Produite par Fiat de fin 1974 à 1985, la 131, était une berline moyenne trois volumes qui devait son nom de Mirafiori, à l'usine où elle était produite en Italie. Classique propulsion à carrosserie trois volumes à la silhouette assez banale, bien équipée, elle rencontra un réel succès produite à plus de 1,5 millions d'exemplaires.

Sa robuste constitution lui permit d'être construite dans de nombreux pays notamment l'Égypte et la Turquie rajoutant encore plus de 1,5 millions d'exemplaires à ceux fabriqués en Italie ! Pour courir en Championnat du monde des rallyes, Fiat développa une version Abarth poussée à 140 ch à 4 roues indépendantes. Fabriquée à 400 exemplaires pour homologation, elle remporta trois titres de champion du monde des rallyes.

En 1978, la phase II Supermirafiori bénéficia d'une face avant et arrière redessinées, d'un habitacle plus cossu et de motorisations plus ambitieuses avec l'arrivée de moteurs diesel et du bloc double-arbre dit Lampredi (nom de son ingénieur créateur) équipant les 132. Une version plus sportive baptisée Racing proposée uniquement en deux portes animée par le double-arbre de 2 litres compléta la gamme lors du salon de Genève. 131 utilisée par Jean-Paul Belmondo lors d'une impressionnante course poursuite dans " le professionnel".

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

De couleur Arianco Racing, la 131 Racing de Cyril ne manque pas d'allure

La Fiat 131 a été produite à plus de 3 millions d'exemplaires. Hélas, la rouille lui a été fatale comme de nombreuses Fiat

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

La Racing reprenait à quelques détails prés l'habitacle de la Supermirafiori 1600. Remarque le "ferme" levier de vitesses raccourci

Sous le capot, le double arbre 2 litres issu de la 132, donnant 115 ch. Moteur dessiné par le grand Aurelio Lampredi

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

"Elle a mon âge"

A quelques mois prés, la belle Racing de couleur Arianco Racing de Cyril à son âge puisqu'elle date de mars 1980. Pourquoi ce choix ? "En 2007, je roulais en Lancia Delta HF et je souhaitais une voiture plus ancienne pour participer à des rallyes historiques. Un de mes camarades m'a dit qu'il connaissait une Fiat 131 Abarth à vendre à petit prix" explique Cyril.

Évidemment ce n'était pas une rarissime  Abarth dont la valeur actuelle tourne autour de 150 000 euros mais seulement une Racing que Cyril achète à un prix très raisonnable. Malgré ses 17 ans, elle n'affiche que 78 000 km et sa carrosserie est en dans en bon état, quasi vierge de tâches de rouilles ce qui n'est pas banal pour une Fiat. Pour lui, la 131 est une vieille connaissance. "De 1983 à 1993, j'ai roulé aux places arrière de la Fiat 131 paternelle, une 2500 diesel qui avait un bruit de tracteur !".

Par rapport à la Supermirafiori normale, la Racing se distinguait par sa présentation autrement plus excitante : calandre spécifique à 4 phares à iode, spoiler, élargisseurs d'ailes de couleur différente, jantes sport, chromes peints en noir, cinq coloris spécifiques et pneumatiques plus épais de 185 X13 contre 165.

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

D'origine, la Racing était chaussée en 185X13. Cyril l'a équipée en 14 pouces, une option de l'époque

La Racing avait une calandre spécifique à 4 phares  avec le célèbre logo rond à lauriers que Fiat avait ressorti en 1965 pour toutes ses productions sportives

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

Double arbre et 115 ch

L'intérieur était très proche de la Supermirafiori de série avec une instrumentation à peine enrichie et un levier de vitesses raccourci. Sous le capot, on retrouvait le gros 2 litres double-arbre (entraînés par une courroie crantée) de la 131 issu des Fiat 124 et 125 de 1967. Alimenté par un seul carburateur Weber, il annonçait 115 ch, soit près de 20 ch de plus que la 1600 normale, accouplé à une boîte de vitesses à cinq rapports.

Malgré sa présentation tapageuse, la Racing n'était pas une véritable sportive mais plutôt une berline grand-tourisme. Néanmoins, elle offrait de bonnes performances dans des conditions de confort honorables grâce à des sièges moelleux et une suspension assez souple faisant toujours appel à un essieu rigide à l'arrière. Ses 115 ch l'entraînaient   à 180 km/h avec d'excellentes reprises dans la belle sonorité rocailleuse caractéristique de cette mécanique.

En revanche, comparée aux autres Supermirafiori, son tarif n'était pas bradé, identique par exemple à celui d'une Alfa Romeo Giulietta 1,8 l. Ce qui explique peu être la modestie de sa carrière commerciale qui s'acheva en 1981 après une version plus puissante à compresseur.

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

La 131 recevait des sièges très confortables recouverts de velours

On reprocha à la Racing  son instrumentation trop succincte. Cyril l'a équipée d'un volant de 131 Abarth bien plus esthétique que celui de la 131 de série

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

15 ans de bonheur

Depuis 15 ans, Cyril roule au volant de sa Racing pour son plus grand plaisir : "J'ai parcouru avec 25 000 km et du coup, je n'ai jamais participé à des rallyes historiques avec. Peu de temps après son achat, nous avons refait le moteur qui fumait bleu et mon père l'a repeinte. C'est à peu prés tout avec l'entretien normal. J'ai simplement changé le volant que je trouvais moche pour celui d'un Ritmo Abarth ainsi que les jantes de 13 pouces pour des 14 chaussées en 185/65. C'était d'ailleurs une option de l'époque. Au volant, ce n'est que du plaisir grâce au bruit si particulier du moteur Lampredi. Pas besoin d'autoradio ! C'est une voiture amusante à piloter sur petites routes avec le train arrière qui glisse dans les virages. En plus, j'adore sa couleur orange et n'ai aucune envie de la vendre. Cela dit, j'avoue qu'une Lancia Monte-Carlo équipée du même moteur me plairait bien" avoue son sympathique propriétaire.

Si vous connaissez une Monte-Carlo à un prix d'ami, pensez à Cyril !

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

La Supermirafiori avait reçu des imposants feux rouges horizontaux. Ils étaient gravés Racing sur ce modèle

A quelques mois prés, la 131 Racing a l'âge de Cyril. Aucune trace de rouille sur les deux !

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

La 131 Abarth a cumulé 3 titres de championne du monde des rallyes entre 1977 et 1980. Les versions les plus puissantes délivraient près de 220 ch !

Illustration - Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing
Les Essais de Patrice Fiat 131 TC Racing

L’avis des Petits Observateurs

2 commentaires au sujet de « Fiat 131 TC Racing : il va y avoir du Sport ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Je les aimais bien ces Fiat carré de sucre même si elles se décomposaient aussi vite que ces fameux carré dans un café bien chaud😉
Ristretto le café bien sûr, à l'italienne😁

Lundi 25 avril 2022 à 13h10

Signaler ce message

N'est-ce pas ce modèle que FIAT avait fini par refiler à Darniche afin qu'il cesse de truster les rallyes avec la Stratos HF et qu'il en laisse un peu croquer aux pilotes italiens maison ?
Cela ne l'empêchera pas d'enlever deux Tours de Corse au volant de cette "m..." qui toujours selon lui "ne tenait pas la route"...
Röhrl ne l'aimait guère plus qui l'appelait "Le Taxi".
😉

Lundi 25 avril 2022 à 16h51

Signaler ce message