Les Petits Observateurs • BMW

BMW 3.0S e3 : Et si c'était ça une VRAIE BMW ?!

Retrouvez dans cette vidéo

Renaud Roubaudi (Président, Petites Observations Automobiles) et Julien Rosburger (Porte Parole du Gouvernement, Petites Observations Automobiles)

Lecture Connectez-vous pour ajouter des vidéos à vos favoris.

Faire un don au Rallye du Coeur :

je fais un don !

Découvrez le petit observateur Jean-Marc qui nous présente sa BMW 3.0S de 1975, 6 cylindres en ligne de 180 ch, l'ancêtre des BMW Série 7.

Les nouveaux tee-shirts et sweat-shirts POA sont arrivés !

Mercredi 18 mai 2022


Retrouver dans cette vidéo

Photo Renaud

Renaud Roubaudi Petites Observations Automobiles - Président

Alias "Monsieur le Président" de POA.

Lire la suite

Photo Julien

Julien Rosburger Petites Observations Automobiles - Porte Parole du Gouvernement

Alias "Monsieur le Porte-parole du Gouvernement" de

Lire la suite

L’avis des Petits Observateurs

3 commentaires au sujet de « BMW 3.0S e3 : Et si c'était ça une VRAIE BMW ?! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Les souvenirs d'enfance sont ineffaçable. Les petits détails invisibles aux yeux des adultes sont gravés à vie dans notre mémoire. Moins prestigieuse que cette magnifique E3 la Ford Cortina de papa faisait aussi ce curieux petit bruit de ressort lorsque l'on fermait le coffre. Si je l'entend un jour, je le reconnaîtrais parmi tous les autres.
C'est amusant ce père qui ne s'intéresse pas aux voitures, qui tombe par hasard sur cette excellente auto ( déjà un peu démodée à la fin des années 70) et qui se rend compte qu'il peut doubler trois camions à la fois d'un coup d'accélérateur.
Merci pour ces anecdotes.

Mercredi 18 mai 2022 à 18h33

Signaler ce message

Le bois revient sur les BMW : L'eucalyptus sur le nouvel Active Tourer !
Même si les temps ont changé, on peut toujours se faire plaisir au volant d'une BMW. Souvenons-nous de Julien avec la Série 1, il n'y a pas si longtemps...

Jeudi 19 mai 2022 à 08h33

Signaler ce message

Très belle auto chargée de souvenirs. Très belle auto restée dans l’ombre, au présent comme au passé.

Juste après une R5 TL, ma première voiture sympathiquement financée par... mes parents, je me suis acheté pour 9000 francs en 1988 une BMW 3.0 si de 1977. L'une des dernières produites. Une version bleu nuit métallisé avec un intérieur en velours beige, et des jantes type Alpina. Elle affichait 164.000 km. Pourquoi une 3.0 si ? Parce que j'avais quelques années plus tôt occupé la place arrière (étriquée) d'un 3.0 Csi dont la bande sonore et la poussée m'avaient envoutés. Parce que je n’avais pas sur mon compte 50.000 francs pour m’offrir un 3.0 Csi.

Avec ses 195 cv (17 cv fiscaux), cette auto figurait encore, à la fin des années 80, dans la catégorie des véhicules puissants.
A son lancement, elle était la « M5 » de l'époque. Moins de 29 secondes au km départ arrêté, 8,2 secondes pour le 0 à 100 et 212 km/h en vitesse de pointe. L'Auto Journal avait titré (à quelque chose près), "Il y a 10 ans, elle aurait pu gagner au Mans".
Ainsi, cette 3.0 m'a accompagné jusqu'en 1993 pour être cédée avec 100.000 km de plus au compteur.
Si le plaisir de conduite a toujours été là, tout n'a pas été rose. La rouille, les problèmes de pompe et relais d'injection, les étriers de frein se grippant occasionnellement, la fragilité de l'échappement (à double sortie pour les dernières versions),... en ont parfois compliqué l'usage. En 1995, j'achetais d'ailleurs une BMW 325i pour commencer à moins la solliciter... plus tard remplacée par une inoubliable Alpina B6 3.5 (après un passage éclair et désolant sur Alpine V6 turbo).

Pour revenir à la série e3, elle offrait clairement moins de modernité que la série 5, sans offrir davantage de confort (voire moins côté équipements). La série 7, venue la remplacer, montait clairement en gamme et dimensions.
C’est seulement dans sa version L qu’elle proposait un peu plus d’habitabilité que la série 5. Cette version eût pour aboutissement une version 3.3 Li (200 cv), version proposant les mêmes équipements que la 528 i.
L’esthétique reprenait certains traits du magnifique coupé, essentiellement la partie avant et la ligne de caisse. L’arrière était plus disgracieux, comme rapporté à la hâte. C’est peut-être aujourd’hui ce qui fait son charme. La planche de bord était entre deux époques. Pas vraiment le charme de celle du coupé. Pas vraiment l’ergonomie et la modernité des séries 3, 5 et 6. Par contre, le toucher de route et la musicalité répondaient bien présents.

Merci à POA pour ces quelques minutes de retour dans le... passé.

Jeudi 19 mai 2022 à 12h18

Signaler ce message