Souvenirs d'Autos • Volkswagen

Souvenirs d'Autos (347) : Une Coccinelle à Grenade

Écrit par

Thibaut Chatel (Commandant Chatel, Petites Observations Automobiles)

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Notre ami, Matthias Teich, nous envoie un nouveau souvenir. Je Le remercie du fond du cœur pour sa fidélité à cette modeste rubrique. Et vive les « gros rouleurs » !

Vendredi 22 octobre 2021


Écrit par

Photo Thibaut

Thibaut Chatel Petites Observations Automobiles - Commandant Chatel

Alias "Commandant Chatel"  de POA.

Lire la suite

Cette histoire est arrivée avec ma Coccinelle que j’ai eue après ma fameuse 2 CV.

C’était une Volkswagen 1200 blanche de 1981 avec seulement quelques 30.000 km au compteur lors de son achat.

Avec ses 4 cylindres et ses 34 CV, ce fut un net progrès en comparaison de la 2 CV avec ses deux cylindres et 25 CV.

Je l’aimais bien pour sa forme et parce qu’elle ne me faisait jamais de problème. Son seul vrai défaut était la très mauvaise qualité de sa carrosserie (fabriqué au Mexique).

Après un ou deux hivers allemands, qui à l’époque (je parle des années 80) étaient plus froids qu’aujourd’hui, on voyait déjà des traces de rouille. Cette Volkswagen m’a accompagné donc pendant mes études universitaires. En 1986, j’ai commencé mes études de traducteur à l’université de Cologne. J’avais déjà de bonnes connaissances de base de la langue française, mais j’ai dû prendre une deuxième langue étrangère pour passer mon certificat de traducteur.

La décision tomba sur l’espagnol.

Deux ans après, je pouvais déjà faire un peu de conversation en espagnol. Mes parents m’ont proposé de suivre pendant les vacances de la fac un cours de langue en Espagne pour améliorer mes capacités de conversation.

Je me suis inscrit dans une école à Grenade, en Andalousie.

De mon domicile en Allemagne (à mi-chemin entre Bonn et Coblence) ça faisait une distance d’environ 2.200 kms.

Moi en tant que gros rouleur – à l’époque, je travaillais aussi quelquefois comme chauffeur de taxi – cette distance ne me faisait pas peur.

Après un voyage de 2 ou 3 jours – je ne m’en souviens pas très bien– je suis arrivé à Grenade sans problème.

L’école et la maison dans laquelle nous étions hébergés se trouvait dans la vieille ville, sur une colline en-dessus du centre-ville. Il n’y avait pas de place pour garer la Coccinelle. Elle devait rester dans la rue.

Résultat : Quelques jours après, ils ont cambriolé la Coccinelle par la vitre de custode de la portière droite. La voiture était presque vide, je n’avais donc pas d’autres dégâts. Je me suis renseigné pour trouver un vitrier pour automobiles. Après avoir cherché l’adresse dans tout le centre-ville de Grenade, j’étais pas mal surpris d’entrer à la Plaza de Toros, l’arène de Grenade.  Là, je tombais sur des compatriotes, un couple qui faisait la tour d’Andalousie avec son Volkswagen Combi. Ils attendaient la réparation. Le type, après avoir vu ma plaque allemande, se dirigea vers moi et paraissait content de ne pas être le seul malchanceux cet après-midi.

  • Et toi, qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? 
  • Pas grand-chose, juste la vitre de custode, ils ont fouillé la voiture, mais il n’avait rien dedans.

Du coup, le type changea de visage :

  • Figure-toi ce qui nous est arrivé. Nous avons fait un stop au super-marché, juste cinq minutes pour faire des courses et nous avons laissé notre valise avec l’équipement photographique sur le siège passager. Et ils ont cassé la vitre latérale pour voler tout notre équipement, seulement en cinq minutes ! 

Ils avaient fait preuve de cette naïveté (ou inconscience ?) que mes compatriotes ont fréquemment lorsqu’ils voyagent à l’étranger…

Comme disait mon père toujours  lors de nos nombreux voyages en Italie : Lorsqu’il faut garer la voiture dans la rue que rien ne reste dans l’habitacle. Mettez-tout dans le coffre ! 

La Coccinelle dura seulement un an de plus. Peu avant le contrôle technique, mon garage m’a avisé que le châssis de la Coccinelle était complètement corrodé. Elle n’avait que 8 ans et environ 110.000 km au compteur. Le moteur était juste rodé et la carrosserie était bon pour la casse.

La déception était grande. La Volkswagen céda la place à une Peugeot 205 GR,  avec ses 60 CV une vrai petite bombe (mais seulement en comparaison avec la Deuche et la Coccinelle…)

À bientôt.

Matthias, le conseil de ton père était précieux. Je suis sûr qu’on aura bientôt des nouvelles de toi… Un souvenir avec la 205, peut-être ?

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Faites comme l’ami Matthias et racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

L’avis des Petits Observateurs

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d'Autos (347) : Une Coccinelle à Grenade »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Comment peut on construire une bagnole à la carrosserie aussi fragile?
On imagine le désenchantement de voir son auto se dégrader aussi vite et de devoir s'en séparer. Un temps ou le budget auto était suivi de près, ou chaque dépense était notifiée. Notre toute première comptabilité je me souviens
Une époque ou les carrosseries réservaient parfois de drôles de surprises. On voyait la route au travers du plancher de beaucoup d'autos des copains.
Une bagnole que l'on a tant acclamée pourtant. Je n'étais pas fan.

Merci Mathias.



Vendredi 22 octobre 2021 à 11h21

Signaler ce message

Escarabajo, Le scarabée, olé.
Genau, c'est ainsi que les ibères désignent le rampant Käfer, ach...
Un merveilleux voyage initiatique en sorte, des rives du Rhin au Palais d'été des Princes Nasrides.
Vielen dank matthias und guten freitag an die kleinen beobachter !
😁
Napukotonozor

Vendredi 22 octobre 2021 à 14h13

Signaler ce message

PS : Au secours mon Commandant, trouver le SDA du jour dans le dédale de la page d'accueil est un véritable parcours du combattant...

Vendredi 22 octobre 2021 à 14h15

Signaler ce message

En réponse à Nabu C

Cher Nabu, comme vous j'ai eu un peu de mal au début. Ma solution, je ne me préoccupe pas du haut de page et passe directement à la troisième ligne " dernière publication" ainsi je pense ne rien rater. En haut c'est réservé aux vidéos.

Vendredi 22 octobre 2021 à 17h31

Signaler ce message

J'ai eu une Cox 1200 en 1985. Je me souviens bien de l'année parce que je l'ai acheté pour faire le c..n sur la neige et la glace. Janvier 85 dans l'Ain, un froid sibérien s'abat sur la région. Les camions sont bloqués le long des routes par le gazole qui fige dans les réservoirs. Les voitures Diesel ne sont guère à la fête non plus. Il fait moins vingt la journée, moins trente la nuit, et ça pendant trois semaines. La DS qui me véhicule au quotidien ne se donne même plus la peine de descendre ses suspensions. Elle reste confortable et démarre tout les matins sans histoires. Mais si la Citroën est impériale sur la neige, je me dis qu'une tout à l'arrière doit être plus rigolote.
Cette 1200 bleue, un peu fatiguée ( 1967 ) si ma mémoire est bonne, m'a bien amusé pendant les quelques mois ou j'ai roulé avec. Confort spartiate, chauffage capricieux ( il n'y avait guerre que mon pied gauche qui avait chaud ) mais follement drôle sur la glisse avec des pneus à clous.
Faudra que je raconte ça un jour.

Vendredi 22 octobre 2021 à 17h43

Signaler ce message