Les Essais de Patrice • Volkswagen

La Cox de Claude une passion à l'envers

Par Patrice Vergès. L'affection que Claude porte à la Coccinelle n'est pas liée à sa propre enfance mais à celle de son fils qui lui a transmis "le virus " de cette voiture .



Mickael et Claude ont passé presque 15 ans à restaurer pièce par pièce la Cox

" Depuis sa prime enfance, l'un de mes fils, Mickaël était passionné par tout ce qui touche à l'automobile surtout les Volkswagen notamment la Coccinelle certainement parce qu'un de ses oncle en possédait une. Adolescent, il a continué à s'intéresser à cette voiture. Pour ses 16 ans, nous lui avons offert une Cox de 1969 que nous avons commencé à restaurer tous les deux. Petit à petit, sa passion a déteint sur moi et je me suis intéressé à cette voiture qui au départ ne m'attirait pas spécialement. Jusqu'au jour, en 2002, où j'ai décidé d'en acheter une" explique Claude, l'heureux propriétaire de ce modèle 1962 Export.



En 1962, la Coccinelle fut produite à 877 000 exemplaires ! Sa forme rondouillarde lui avait valu selon les pays le nom de cafard, hanneton, Beetle ou Coccinelle bien plus sympa chez nous

La Cox de Claude est un modèle export reconnaissable à ses protections de pare-choc type US



Une histoire sans fin

Produite à plus 21 millions d'exemplaires entre 1938 et 2003, la Cox a dépassé la stade d'automobile pour devenir un mythe sur 4 roues. En 1962, lorsque la Cox de Claude a vu le jour, malgré ses déjà 5 millions d'exemplaires produits, elle ne l'était pas encore surtout en France. D'abord, on en voyait peu et c'est seulement la création de VW France en 1961 qui avait permis d'élargir son audience dans notre pays. Lorsqu'on lit son essai dans la presse spécialisée de l'époque, les nombreuses critiques portent sur sa carrosserie totalement démodée, son manque de puissance et de performances, sa consommation élevée, sa tenue de route médiocre et son petit coffre. A son actif, on ne retenait que sa mécanique éprouvée et sa boîte de vitesses bien synchronisée et une robustesse proverbiale due à sa qualité de fabrication bien supérieure à celle des autres voitures de son temps.

Pour 6950 francs, les acheteurs lui préféraient la nouvelle R8, une Simca 1000 ou une Simca Aronde. C'est un peu plus tard, grâce à la fabuleuse pub très provocante de l'agence DDB qui l'a promut    en faisant l'inverse de ce qui se faisait alors, qu'elle atteignit un formidable capital sympathie auprès de la jeunesse et de l'image d'anti-voiture qu'elle véhicula dès 1968 aidé il est vrai par des tarifs très écrasés.



La présentation intérieure était austère mais faisait appel à des matériaux de grande qualité;

Pendant longtemps, la Type 1 n'a pas peu de jauge à essence rajoutée seulement au début des années 60



Démontée pièce par pièce

Entrée en France en 1982 avant d'être stockée dans un garage pendant de nombreuse années, la Cox de Claude affichait moins de 34 000 km au compteur lorsqu'il l'a acquise. " C'est un millésime 1962 type Export car elle avait été immatriculée à Casablanca en août 1962. Elle bénéficie des double pare-chocs type US, ceinture de sécurité d'origine et quelques détails de finition. Je l'ai rapatriée et stockée dans mon garage, car trop pris mes activités professionnelles. Puis, lorsque j'ai eu du temps, j'ai commencé à la restaurer mais comme je suis perfectionniste, trop peut être, je l'ai démontée pièce par pièce. J'ai mis près de 15 ans ".

Tout a été revu pour que sa voiture âgée presque de 50 ans, vive encore au moins autant de temps.   Elle a été soigneusement repeinte avec une teinte d'origine vernie " vert Berryl" et toutes les pièces d'usure ont été changées ou refaites. Aujourd'hui, tout lui plait dans cette voiture, sa forme molle, son bruit de hanneton fatigué, la douceur de sa boîte. Et surtout les formidables moments de complicité qu'il a connus avec Mickaël lorsqu'ils restauraient tous les deux sa propre Cox. "Cette voiture marque des moments forts lorsque nous nous retrouvions tous les deux avec nos voitures respectives. Âgé de 35 ans aujourd'hui, il est toujours aussi passionné et bien plus que moi puisqu'il possède toujours la 69 qu'il a déjà restaurée, un coupé Karmann et un Combi TB2. Notre passion nous a poussé à créer un club de voitures anciennes ; Association Sanguinet Véhicules d'Antan".



En 1960, la puissance du petit flat-four refroidi par air de 1192 cm3 avait vu sa puissance porté à 40 ch SAE à un régime très bas, secret de longévité de la mécanique

La VW était critiquée pour son petit coffre. C'est la pression de la roue de secours qu'il fallait gonfler régulièrement qui assurait le fonctionnement du lave-glace



Parfum d'éternité

Malgré tous ses vices, pourquoi cette voiture devenue une star de cinéma sous le nom de Choupette, une voiture planétaire, un véhicule adulé, un objet de collection, une icône ? Était-ce le fait de son physique d’animal, de son bruit proche d’une respiration humaine de ses rondeurs maternelles, de sa laideur nourrissant le sentiment flatteur d’être aimé que pour soi et non pas pour sa voiture ? Certainement pour tout cela mais parce que la Coccinelle était générationnelle, elle avait un parfum d’éternité. On l’avait toujours vue, déjà présente avant notre naissance et certainement après notre mort car VW la prétendait éternelle. C’était une voiture qui arrêtait le temps.



En 1958, la superficie de la lunette arrière avait été sérieusement agrandie. Ce store de marque Gradulux évitait l'éblouissement des phares

Sa passion pour l'ancienne, a entraîné Claude à créer un club de voitures anciennes à Sanguinet



L'agence DDB a toujours concocté des publicités originales pour VW en jouant sur le contre-pied de la mode

Les nouveaux tee-shirts et sweat-shirts POA sont arrivés !

Lundi 15 juin 2020

L’avis des Petits Observateurs

Soyez le premier a commenter

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire