Souvenirs d'Autos • Chevrolet

Souvenirs d’Autos (354): Vie et mort d'une Corvette – Chapitre 1

Écrit par

Thibaut Chatel (Commandant Chatel, Petites Observations Automobiles)

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Nous nous avions déjà proposé dans cette rubriques, un petit feuilleton avec une Porsche 911. Ça recommence cette fois avec Frédéric et sa Corvette C6 !

Vendredi 10 décembre 2021


Écrit par

Photo Thibaut

Thibaut Chatel Petites Observations Automobiles - Commandant Chatel

Alias "Commandant Chatel"  de POA.

Lire la suite

Peu de temps après mon installation en Suisse, j'entendis sur une radio locale une publicité du concessionnaire local de Corvette. Ayant lu nombre d'articles élogieux sur la C6, j'appelais, et fus immédiatement invité à une soirée de présentation qui se déroulait peu après.

Quelques instants autour de la Z06 exposée suffirent pour me convaincre que je la voulais. Ma seule hésitation concernait l'option « Cuir étendu » (dans une liste par ailleurs réduite à la portion congrue) pour laquelle il me fallait attendre 6 mois. Sans quoi, la Z06 noire trônant dans le showroom était disponible immédiatement...

Je la pris donc.

La voiture était si « facile à vivre » que du jour où j'en pris livraison, elle devint presque mon véhicule quotidien. Seul le franchissement des ralentisseurs posait des (très gros) problèmes. 

Illustration - Corvette C6
Corvette C6

Une de mes amies, voyant la Z06 pour la première fois, avait eu pour tout commentaire « Ce n'est pas une voiture très polyvalente... ».

Quelque temps après, elle m'appelait pour me dire qu'elle avait une journée de libre, et me proposer d'aller skier à Villars-sur-Ollon (privilège d'habiter sur les rives du Léman, les stations de ski sont à un jet de pierre).

Les premiers flocons tombaient déjà lorsque j'arrivais chez elle à Vevey. Je lui demandais où était sa voiture, afin que j'y transfert mon matériel de ski.

Elle me répondit que sa voiture était au garage pour son service, et que nous devions donc prendre la mienne. Je lui dis qu'ayant ce jour la Corvette, il me semblait difficile de monter à Villars sous la neige. Les pneus arrière en 335 ne sont en effet pas la monte idéale sur la neige...

Mais puisqu'il n'y avait pas d'autre solution, nous jetâmes ses skis dans la bulle et prîmes la route vers les sommets.

Si l'autoroute était parfaitement dégagée, la neige commençât à rapidement recouvrir les premiers lacets de la route, que le ballet des chasse-neige ne parvenait pas à conserver dégagée.

Nous arrivâmes cependant à bon port. Je regrette de n'avoir pas pris de photo des passages de roues de la Corvette, complètement bouchés par la neige. Mais me souviendrais longtemps des regards stupéfaits des passants, alors que nous sortions le matériel de la voiture, comme si c'était l'engin idéal pour rejoindre une station de ski sous la neige.

Après une très agréable journée de ski, nous décidâmes de la terminer une fois encore en nous délassant au spa du Chalet Royalp. Mais là, la neige qui n'avait cessé de tomber sur la station eut raison de la motricité de la Corvette... Pourtant, en jouant sur le couple de tracteur du V8, nous étions parvenus à arriver presque jusqu'à l'hôtel. Le petit ressaut sur les 300 derniers mètres fut hélas « le flocon de neige de trop ». Et quels que fussent mes efforts, la Z06 ne parvint pas à passer cet obstacle, pourtant bien insignifiant en regard de ce que nous avions gravi jusqu'alors.

La mort dans l'âme, j'appelais la réception, expliquais la situation, et demandais que l'on nous envoie un véhicule pour venir nous chercher. Quoi que le personnel fut comme toujours parfait, je crus n néanmoins distinguer une légère coloration d'ironie dans la voie de mon interlocuteur, sans doute convaincu par mon accent que le français que j'étais était perdu devant un peu de neige...

Mais lorsque le conducteur du van descendit pour nous ouvrir la porte, il vit que je sortais nos sacs de la Corvette. Ses yeux s'écarquillèrent alors tandis que sa bouche s'ouvrait sans qu'aucun son n'en sorte. « Vous êtes montés jusqu'ici... avec ça ??? ». J'eus alors ma petite revanche en prenant un air faussement contrit pour dire « Malheureusement, le dernier raidillon était trop prononcé ». J'avoue que le regard d'admiration du chasseur me fit un profond plaisir.

À la réflexion, cette voiture était idéale pour l'hiver dans les Alpes :

  • Son avant très bas pouvait servir de chasse-neige.
  • En cas de verglas, il suffisait de rouler en marche arrière, la chaleur dégagée par les quatre pots d'échappement étant idéale pour faire fondre la glace sur la route...

À suivre !

Illustration - Corvette C6
Corvette C6

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

L’avis des Petits Observateurs

8 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (354): Vie et mort d'une Corvette – Chapitre 1 »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Puissance, largeur de pneus, châssis surbaissé, c'est vrai que c'est l'opposé absolu de ce qu'on imagine pour monter en station.... Et c'est justement là qu'est le challenge! ! Quand on touche au but, les regards moqueurs se transforment en vrai admiration et l'on est contraint de retirer son chapeau.... Son bonnet en l'occurrence.
Merci pour cette histoire, ça me donne une folle envie de monter en station en pleine tempête de neige!

Samedi 11 décembre 2021 à 08h58

Signaler ce message

Épique cette montée vers cette station mythique Frédéric.

Il se trouve que par le plus grand des hasards, hier matin, au moment où POA publiait votre SDA, j’étais, sous une neige tombante à gros flocons, à bord d’une propulsion dansante de l’arrière train, occupé à serrer les fesses dans le serpentin montant, qui blanchissait à mesure que la route s’élevait, entre Ollon et Villars-sur-Ollon…

Toutefois, par respect pour les nombreux chablaisiens vaudois en 4x4 qui ont dû faire preuve, souvent de patience, quelquefois de retenue, je tairais ici le nom de mon carrosse branlant...
😉
Mes respects au Commandant Chatel.

Samedi 11 décembre 2021 à 10h52

Signaler ce message

En réponse à Pierre D

Tout à fait d'accord. Sauf que c'était une amie qui m'accompagnait...
D'où la journée de ski, au lieu du "week-end à Rome" .

Et pour aller à Rome, mieux vaut choisir une saison plus clémente qui permet de profiter de tous les jolis lacets des cols alpins ! 😉

Mardi 14 décembre 2021 à 10h28

Signaler ce message

En Février 2009 j'emmenais ma fille pour son premier cours de ski à Villars dans notre Classe A où on chaînait prudemment à la sortie d'Ollon avant de monter ... Le lendemain matin dans le brouillard sur le parking de l'Hôtel Écureuil, on ne voyait plus les autos, recouvertes de 20 cm de bonne neige!
Connaissant l'endroit et ce qui peut tomber en peu de temps, J'imagine déjà le chapitre 2 qu'on attend impatiemment !
Merci Frédéric

Samedi 11 décembre 2021 à 14h48

Signaler ce message