Les Petits Observateurs

TVR S1 1988 : On la connaît mal et pourtant elle est géniale !

Retrouvez dans cette vidéo

Renaud Roubaudi (Président, Petites Observations Automobiles) et Julien Rosburger (Porte Parole du Gouvernement, Petites Observations Automobiles)

Lecture Connectez-vous pour ajouter des vidéos à vos favoris.

Le petit observateur Guilhem nous présente sa TVR S1 de 1988, un roadster anglais de conception artisanale qui démontre toutes ses qualités au fil du temps.

Les émissions POA sont désormais disponibles en podcast !

Mercredi 12 janvier 2022


Retrouver dans cette vidéo

Photo Renaud

Renaud Roubaudi Petites Observations Automobiles - Président

Alias "Monsieur le Président" de POA.

Lire la suite

Photo Julien

Julien Rosburger Petites Observations Automobiles - Porte Parole du Gouvernement

Alias "Monsieur le Porte-parole du Gouvernement" de

Lire la suite

L’avis des Petits Observateurs

10 commentaires au sujet de « TVR S1 1988 : On la connaît mal et pourtant elle est géniale ! »

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

J'ai toujours eu un faible pour les TVR et plus particulièrement celles de l'ère Peter Wheeler . Dans la série des "S" j'ai un faible pour les dernières S3 et S4 qui retrouvent un tableau de bord en bois. Il est certes plus conventionnel dans le design que celui des S2 et S3 mais tellement so british !
Une mention spéciale pour la S V8 qui s'équipe du V8 Rover porté à 4.0 litres que l'on retrouvera ensuite sur les Griffith et les Chimeara. Et pour ce qui est du bruit et des accélérations ... c'est dantesque !
N'oublions pas que TVR dans années 90 a vendu certaines années plus de voitures que Ferrari ! Pour un petit constructeur artisanal ce n'est pas rien !
J'avoue qu'une S V8, une Griffith 400 ou 430 (les 500 avec 340cv pour à peine une tonne sont des monstres qui sans de bonnes notions de pilotage sont limite indomptables....) même RHD font partie de ma wish list....

Mercredi 12 janvier 2022 à 19h19

Signaler ce message

Conducteur de TVR également, je ne peux que confirmer le bonheur que l'on prend à son volant !

Je découvre cette version S, car pour ma part j'ai la Chimaera 400, de 10 ans plus jeune, mais que de points communs on retrouve entre ces deux autos. Outre les accastillages empruntés çà et là (les jolis rétros de CX, les feux piqués chez Ford), la carrosserie en fibre de verre, l'élément familial majeur entre toutes les TVR, c'est d'abord la bande son à l'échappement. Mozart et Wagner auraient pu en signer la partition, c'est vraiment du grand art et du grand frisson ! Le V8 équipant ma Chimaera se montre plus rauque et plus caverneux, mais je suis ravi de découvrir les vocalises de cette S que je n'ai pas encore eu la chance de croiser.

Pour ce qui est du reste, je note les évolutions qui ont été reprises au fil du temps : le toit cabrio/targa a été repris sur ma Chimaera, mais la partie centrale est en une seule pièce, et réalisée en fibre de carbone. Mais c'est un excellent choix que cette double articulation, car elle permet de rouler sous la pluie en position targa... testé et approuvé sous le ciel britannique !

Pour la finition, certes c'est artisanal, mais je ne peux que louer la qualité d'assemblage et la finition de la mienne. Les matériaux sont choisis avec soin elle n'a que très peu de plastique à bord, hormis les comodos, l'allume-cigare et quelques bricoles. De plus l'assemblage ne laisse pas la place à des bruits parasites. Et si la mienne est équipée d'un système hifi avec chargeur Cd, comme chacun a pu le remarquer, il ne sert à rien, le bonheur est ailleurs, il s'écoute en V6 ou V8 majeur !

Quant au plaisir de conduite, il faut tester pour apprécier ce mélange de bestialité, de force, associé à un châssis étonnement doux au niveau du confort, grâce notamment à la légèreté de l'ensemble. Cependant attention, il ne faut pas s'y tromper, chaque TVR se donne entièrement à son pilote, ce qui lui impose une maîtrise de la bête, qui peut parfois avoir des réactions viriles et impromptues. Le mieux comme le dit Guilhem,, c'est de faire preuve d'humilité en toute circonstance, surtout sous la pluie. Pour citer Jeremy Clarkson : "Conduire une TVR, c'est comme avoir un ours pour animal de compagnie... C'est génial jusqu'au moment où ça vous arrache la tête!"

Pour ce qui est de l'entretien, je conseille Arnaud Dufour d'Univers Motors, spécialiste de la marque, qui saura autant les entretenir qu'en assurer l'homologation, car la bête anglaise n'est pas appréciée par le service d'homologation de la Dreal... Pour le reste, les pièces se trouvent, notamment en Angleterre.

Et à titre de clin d'oeil, j'ai cru comprendre que le rétroéclairage du tableau de bord de cette S ne fonctionne pas... Il m'est arrivé la même mésaventure en rentrant de nuit avec la mienne. J'ai eu la surprise de constater qu'aucun éclairage à bord ne fonctionnait plus, évidemment quand j'en avait besoin... Passer devant les radars sans savoir à combien on roule, la joie !
Le lendemain, après investigation dans le carnet de bord, j'ai découvert qu'un bouton était savamment dissimulé sous la planche de bord, au niveau du genou gauche du conducteur, et qu'il coupe tout le circuit d'éclairage du tableau de bord... le genre de bouton qu'on active par mégarde d'un coup de genou sans s'en apercevoir... Ça a été la révélation du jour, finalement c'est peut-être pas Saab qui a inventé le Night Panel !

Mercredi 12 janvier 2022 à 19h30

Signaler ce message

C'est merveilleux. Elle n'est pas pratique, elle n'est pas ergonomique, elle n'est pas silencieuse..... Elle est juste parfaite.
Pour avoir conduit des autos à l'échappement fatigué, il faut savoir que c'est un pousse au crime, et que les vocalises de cette TVR doivent inciter à la conduite virile. Virilité qui doit vous revenir en pleine poire à la première distraction.
Merci de m'avoir fait découvrir cette drôle de pépite.

Mercredi 12 janvier 2022 à 19h43

Signaler ce message

Il y a trois ou quatre ans je croisai cette auto dans ma région, "Je ne savais même pas qu'elle Existait !", je m'arrête et fais quelques photos.
De retour à la maison je file sur la toile pour rechercher les informations sur la marque.
Je me replonge dans mes dossiers après visionnage de l'émission, il s'agissait du modèle Tuscan, coloris rouge.
Merci pour le partage Guilhem.

Jeudi 13 janvier 2022 à 15h45

Signaler ce message

En réponse à GEORGES P

Je ne sais pas si c'est celui qui a équipé la Sierra, mais c'est le V6 Ford Cologne sur les TVR S, puis elles furent équipé du V8 Rover, jadis récupéré chez Buick.

Jeudi 13 janvier 2022 à 17h03

Signaler ce message

On se régale avec cette TVR S1 parfaitement conservée dans son jus d'origine et l'on se prend à rêver d'une échappée belle à son bord. ne serait-ce que pour s'enivrer de sa bande son... Quid des nouveaux radars "anti-bruits" que l'on veut déployer sur tout le territoire ? Encore le recul d'une liberté au profit de l'endormissement de la masse... 😉

Jeudi 13 janvier 2022 à 18h30

Signaler ce message

La grande différence entre la S1 et les séries suivantes portent sur la motorisation ; toujours un Ford Cologne, mais de 2,9 de cylindrée contre 2,8 et injection L-jetronic et non plus K-jetronic, le mélange étant géré par un E.C.U, et non plus par un plateau sonde, ainsi qu'une culasse modifiée permettant l'usage de SP98 sans additifs, entre autre.
La musicalité de l'échappement est une marque de fabrique de TVR, toujours plaisant, mais attention aux acouphènes, pour les longs voyages, c'est bouchons d'oreilles... Pour la fiabilité, il faut l' entretenir et la faire rouler ne serait-ce qu'un peu. Et chez TVR l'artisanat et le "fait main" confinaient souvent avec "fantaisie".
Il ne doit pas y en avoir une identique, du moins à cette époque.
Vrai voiture plaisir : content de monter dedans, et...cont ent d'en descendre.
Le tableau de bord finition bois n'est pas moche du tout, faut seulement s'y habituer... ,;-)

Jeudi 13 janvier 2022 à 19h12

Signaler ce message